Latour Martin Gesbert Boudat Calmejane
Pierre Latour, Thomas Boudat, Lilian Calmejane, Guillaume Martin et Elie Gesbert représentent l'avenir du cyclisme français. | AFP

Tour de France : les 5 Français à suivre pour leur première Grande Boucle

Publié le , modifié le

Ils sont jeunes, ils sont Français, et ils s’apprêtent à courir leur premier Tour de France. Grimpeurs, sprinteurs, spécialistes de courses à étapes... Ces cinq coureurs représentent l’avenir du cyclisme français, et pourraient bien briller au cours de ces trois semaines.

- Pierre Latour (AG2R La Mondiale)

A 23 ans, Pierre Latour est un phénomène. Passé professionnel en 2015, le Drômois n’a cessé d’impressionner ses pairs, gravissant rapidement les échelons. Vainqueur d’étape sur la Vuelta, leader sur le Tour de Suisse, il est également devenu champion de France du contre-la-montre la semaine dernière, à Saint-Omer. C’est donc vêtu du maillot tricolore que Pierre Latour prendra le départ du prologue, samedi à Düsseldorf. Outre un talent indéniable, le jeune coureur d’AG2R La Mondiale a tout pour devenir l’un des chouchous du public français. Celui qui appelle ses jambes Brigitte et Bernadette a la réputation de doux dingue, jamais à court de blagues potaches et petites fantaisies en course. Qu’on l’appelle Pierre ou Pierre-Roger, Latour a de quoi faire parler pour les trois prochaines semaines.

- Lilian Calmejane (Direct Energie)

Le coureur de Direct Energie est l’un des Français les plus en vue depuis le début de la saison. A 24 ans, celui qui court sa deuxième saison chez les professionnels en est déjà à six victoires depuis janvier 2017, dont trois classements généraux (Etoile de Bessèges, Circuit de la Sarthe, CoppI e Bartali). Après avoir découvert les courses de trois semaines la saison dernière, sur la Vuelta (victoire d’étape), l’Albigeois s’apprête à courir sa première Grande Boucle. Pour l’épauler, il pourra compter sur les deux capitaines de route Thomas Voeckler et Sylvain Chavanel. Son punch et son potentiel d’attaquant le désignent naturellement comme un potentiel vainqueur d’étape.

 

 

- Thomas Boudat (Direct Energie)

Bryan Coquard évincé de la sélection, un autre sprinteur représentera tout de même Direct Energie. Thomas Boudat, 23 ans, va donc découvrir les routes du Tour de France. Mais le jeune Bordelais connaît bien le très haut-niveau, lui qui a tutoyé les sommets en piste. « La Boude », comme il est affectueusement surnommé, s’est fait connaître du grand public en 2014, quand il est devenu champion du monde de l’omnium. Aux Jeux de Rio, il a d’ailleurs terminé 5e de l’épreuve, avant de se consacrer définitivement à la route. Dimanche, c’est lui qui a dynamisé les cent derniers kilomètres du championnat de France, préférant miser sur une échappée (en compagnie de Latour d’ailleurs) que sur le sprint final. Le jeune homme n’a pas beaucoup d’expérience dans les courses du calibre du Tour, où il sera confronté au gotha du sprint mondial. Mais à l’image d’un Dan McLay (Fortuneo Vital Concept) l’an passé, Thomas Boudat dispose de la pointe de vitesse et de l’intelligence de course nécessaire, pour venir perturber les plans des trains des grosses écuries.

 

 

- Guillaume Martin (Wanty – Groupe Gobert)

Guillaume Martin est un profil à part dans le peloton français. Le jeune homme de 24 ans a la tête et les jambes. Passé professionnel au sein du Team Wanty Groupe Gobert, le grimpeur a fait ses armes discrètement, à l’abri des foules et de la pression. Quatrième du Tour de l’Avenir (2015) et du Tour de l’Ain (2016), il possède d’indéniables prédispositions pour la montagne et les courses à étapes. Mais contrairement à la plupart de ses coéquipiers, Guillaume Martin dispose également d’un bagage scolaire assez conséquent : le Normand possède un master 2 en… philosophie. Le sujet de son mémoire ? «Le sport moderne : une mise en application de la philosophie nietzschéenne ?» Mais plus que son raisonnement et sa façon d’observer le monde actuel, ce seront d’abord ses jambes qui risquent de faire parle sur ce Tour.

 

 

- Elie Gesbert (Fortuneo Vital Concept)

Samedi, au départ de Düsseldorf, il sera le plus jeune coureur engagé (il soufflera ses 22 bougies…samedi). Un beau cadeau d’anniversaire pour un bel espoir du cyclisme français. Dans les catégories jeunes, le Breton a enchaîné les excellents résultats : vice-champion d’Europe juniors, double champion de France (contre-la-montre et route), vainqueur d’étape sur le Tour de l’Avenir (après une échappée en solitaire de 80 kilomètres)… Le jeune homme a un palmarès qui parle pour lui. En grande forme, Elie Gesbert va devoir repousser ses limites sur ce qui sera son premier Grand Tour. Mais le coureur de Fortuneo Vital Concept a ce qu’il faut pour briller pour ses premiers pas au plus haut-niveau. Et ce n’est pas le fait d’être le benjamin de la Grande Boucle, qui va l’effrayer…

 

 

Mathilde L'Azou @MathildeLAzou