Tour de France : Le 14 juillet, une journée qui sourit aux Français ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : Théo Gicquel
Warren Barguil, nouveau champion de France et dernier vainqueur un 14 juillet.
Warren Barguil, nouveau champion de France et dernier vainqueur un 14 juillet. | PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Le 14 juillet est chaque année un jour spécial parmi les 21 étapes qui jalonnent le Tour de France. Depuis Georges Passerieu, premier vainqueur Français un 14 juillet en 1906, les Tricolores comme Jacques Anquetil ou Laurent Jalabert ont souvent su se faire aimer des Français en gagnant le jour J. Mais jour de fête nationale rime-t-il toujours avec Français à l'honneur ?

Pour certains, l'image du Tour de France le 14 juillet, c'est Laurent Jalabert, vainqueur à Mende en 1995. Pour les plus anciens, c'est sans doute Raymond Poulidor ou Bernard Thévenet, vainqueurs à la suite en 1974 et 1975. Pour les plus jeunes, c'est Warren Barguil, dernier vainqueur le jour de la fête nationale en 2017. 

27 % de victoires françaises le 14 juillet

Dans l'histoire du Tour de France d'après-guerre, le 14 juillet a souvent souri aux coureurs tricolores, mais ils n'ont jamais su en faire une chasse gardée. Sur les 66 étapes disputées un jour de fête nationale depuis 1947, 18 ont été remportées par des Français, soit un pourcentage de victoire de 27 %. 

Une valeur qui tranche logiquement avec celle d'avant-guerre, où les Tricolores dominaient la Grande Boucle. Lors des premières éditions entre 1903 et 1930, les Français avaient remporté 6 des 13 étapes disputées le 14 juillet.

En fouillant parmi les vainqueurs français célèbres depuis Emile Idée en 1949 (sa seule victoire en Grand Tour), on trouve notamment deux gagnants du Tour : Jacques Anquetil, vainqueur un 14 juillet lors de sa deuxième victoire sur le Tour en 1961, et Bernard Thévenet, double vainqueur d'étape en 1970 et 1975. Raymond Poulidor, jamais vainqueur de la Grande Boucle mais 8 fois sur le podium, a lui aussi inscrit son nom au palmarès en 1974.

4 victoires depuis 1999

Si Laurent Jalabert (1995 et 2001), Richard Virenque (2004) et David Moncoutié (2005) ont précédé Warren Barguil, les années récentes n'ont pas vraiment souri aux Français le 14 juillet. 

Sur les 20 dernières années, ils ne sont donc que quatre à s'être imposés lors de la fête nationale, qui a par ailleurs vu d'autres péripéties devenir légendaires : Lance Armstrong à travers champs suite à la chute de Joseba Beloki en 2003 et Christopher Froome à pied dans le Ventoux en 2016.

Un constat mitigé donc avant d'aborder l'étape de dimanche, qui arrive à Brioude. Dans la ville natale de Romain Bardet, le profil de l'arrivée en descente devrait forcément donner des idées au leader d'AG2R La Mondiale. Un jour de fête nationale, le moment est tout trouvé.