Tour de France : Landa réagit, Uran et Yates dégringolent... le baromètre des leaders après la 18e étape

Publié le , modifié le

Auteur·e : Andréa La Perna
Mikel Landa
Paralysé la veille, Mikel Landa (Bahrain-McLaren) a tenté sa chance ce jeudi. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La 18e étape entre Méribel et La Roche-sur-Foron représentait la dernière chance pour les favoris du classement général pour gagner des places en montagne sur ce Tour de France 2020. Seul le contre-la-montre de La Planche des Belles Filles, prévu ce samedi, devrait encore dessiner la hiérarchie. Une hiérarchie qui a encore bougé ce jeudi au grand plaisir de Mikel Landa et Enric Mas, et au désespoir de Rigoberto Uran et Adam Yates.

♦ Ils ont tenu leur rang :

Battu la veille et inoffensif en dépit du long travail de son équipe, Mikel Landa (Bahrain-McLaren) n’a pas apprécié les moqueries. Le taciturne Basque a répondu sur la route ce jeudi avec une jolie réaction d’orgueil en attaquant au pied de la Montée du plateau des Glières pour tenter de gagner des places au classement général. Il avait prévu des relais avec ses coéquipiers échappés Damiano Caruso et Pello Bilbao. A la fin, son mouvement ne lui aura pas permis de faire le trou, mais il a gagné deux places, se retrouvant 5e, à 22 secondes du 4e.

Jolie mention pour Richie Porte (Trek Segafredo) également. L’Australien, aperçu en très bonne forme depuis le Grand Colombier, n’a encore une fois pas fait tache au milieu des meilleurs. Victime d’une crevaison dans les chemins poussiéreux de Glières, il aura réussi à combler 40 secondes dans la descente pour conserver sa 4e place au classement général, gardant 22 secondes d’avance sur le 5e.

Enric Mas (Movistar) a poursuivi sur sa lancée, montrant des signes de fraîcheur en troisième semaine comme lors de sa glorieuse Vuelta 2018 (terminée 2e). L’Espagnol a attaqué sans réussir à faire le trou, mais il a encore une fois accompagné les meilleurs qui, eux, n’ont pas eu grand chose à faire d’autre que défendre leur position. En accélérant dans les portions non goudronnées, le maillot jaune Primoz Roglic (Jumbo-Visma) a montré qu’il serait indébordable. Tadej Pogacar (UAE) et Miguel Angel Lopez (Astana) l’ont bien compris et conservent leur position.
 

♦ Ils ont craqué (encore) :

2 minutes de perdues la veille, 2’40 lors de cette 18e étape. Décidément, le roi Rigobert a pris la course à l’envers. Rigoberto Uran (EF), qui était encore 3e du général mardi soir, s’est encore écroulé ce jeudi. Il a été le premier des favoris lâchés dans la dernière ascension et pointe aujourd’hui à la 8e place. Le seul espoir du Colombien lors du chrono de la Planche des Belles Filles sera de reprendre 10 secondes sur Yates, 7e et juste devant lui.

Il visait une victoire d’étape, puis il s’est retrouvé en jaune et enfin il s’est accroché. Adam Yates (Mitchelton-Scott) est sorti du Top 5 ce jeudi, éjecté après avoir craqué dans la Montée du plateau des Glières. Le tarif est le même que pour Uran, 2’40 sur la ligne d’arrivée. Le Britannique est désormais 7e, et tentera de défendre son rang face au Colombien samedi.

Arrivés dans le même groupe que les deux derniers nommés, Alejandro Valverde (Movistar) et Guillaume Martin (Cofidis) ont encore perdu du temps. Si l’Espagnol reste 10e avec 19 secondes d’avance sur son poursuivant, le Français a perdu une place et n’est plus que 12e au général à 45 secondes de Damiano Caruso, intercalé entre lui et Valverde. Le Normand n’a plus grand chose à espérer du contre-la-montre de La Planche des Belles Filles.
 

à voir aussi Tour de France : Jusqu'où Wout van Aert, rouleur, sprinteur et maintenant grimpeur, va-t-il aller ? Tour de France : Jusqu'où Wout van Aert, rouleur, sprinteur et maintenant grimpeur, va-t-il aller ?