Tour de France : Encore de la montagne, Alaphilippe revanchard… l'étape 16 en questions

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
Julian Alaphilippe
Julian Alaphilippe à l'attaque, une image qu'on pourrait voir entre l'île d'Oléron et l'île de Ré. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Après une deuxième journée de repos, le Tour de France 2020 entame sa dernière ligne droite dans les Alpes. Au programme de cette 16e étape 100% iséroise : de la montagne, évidemment. Mais pas de quoi offrir une explication entre leaders : ça sera pour demain sur les pentes du col de la Loze. En attendant, on devrait assister à une journée disputée entre baroudeurs-grimpeurs, avec le maillot à pois et la victoire d'étape en jeu. Julian Alaphilippe pourrait s'illustrer.

• Quel profil ?

Deux jours après l’arrivée au sommet du Grand Colombier, le Tour de France repart dans la montagne. Fini le Jura : place aux Alpes avec une étape 100% iséroise et donc, forcément, escarpée. En 164 km entre la Tour-du-Pin et Villard-de-Lans, le peloton empruntera 5 difficultés répertoriées, dont le Col de Porte (2e catégorie), la côte de Revel (2e catégorie) et la montée de Saint-Nizier-du-Moucherotte (1e catégorie), au sommet de laquelle seront distribuées des bonifications. Le tout avant l’arrivée à Villard-de-Lans, classée 3e catégorie. Une étape de montagne taillée pour les baroudeurs bons grimpeurs avec des ascensions difficiles mais courtes.

Tour de France : Encore de la montagne, Alaphilippe revanchard… l'étape 16 en questions
© AFP

• Quels pièges ?

Parmi les trois grandes ascensions du jour, la côte de Revel est la plus dure, mais elle est située loin de l’arrivée. Le vrai piège ce sera donc la montée de Saint-Nizier-du-Moucherotte,  et ses 11,1 km à 6,5% de moyenne. Classée en première catégorie, cette ascension distribuera des bonifications à son sommet, qui est situé à 20 km de l’arrivée. Tout pourrait donc se jouer sur ces routes qui mènent au Vercors. D’autant que ce sera la difficulté la plus longue de la journée. 

• Le coureur à suivre ? 

Il y aura des points à gagner pour les prétendants au maillot à pois de meilleur grimpeur, et il faut s’attendre aussi à voir une poignée de puncheurs prendre l’échappée pour s’offrir une victoire d’étape. De leur côté, les favoris resteront en retrait à la veille de la grande explication annoncée dans le col de la Loze à Méribel. Parmi les puncheurs assez bon grimpeur pour s’imposer, on peut évidemment miser sur Julian Alaphilippe, revanchard après avoir bêtement perdu son maillot jaune.

• Qu’en pense notre consultant Alexandre Pasteur ?

“Je l’ai repérée avec Nans Peters (AG2R La Mondiale) et son ami le biathlète Emilien Jacquelin : c’est typiquement l’étape pour un baroudeur. Elle est dure, avec beaucoup de reliefs, et nouveau plus de 4000 m de dénivelé. Je ne pense pas qu’on aura de bagarre, on sera au surlendemain du Grand Colombier et à la veille du col de la Loze, donc on aura une belle échappée. Ça va bastonner jusqu’au col de Porte. On est en début de dernière semaine, avec pleins d’équipes qui n’ont pas encore gagné, donc qui viseront l’étape. L’arrivée dans Villard-de-Lans convient pour un puncheur avec 1 km à 10%. En 2014, lors du Dauphiné, Rui Costa y avait ainsi gagné."

• Les horaires : 

12h59 : Début de la retransmission TV
13h05 : Départ fictif
13h20 : Départ réel
13h39 : Passage au sommet de la Côte de Virieu (4e catégorie)
14h26 : Sprint intermédiaire de Saint-Joseph-de-Rivière 
15h06 : Passage au sommet du Col de Porte (2e catégorie)
15h49 : Passage au sommet de la côte de Revel (2e catégorie)
17h07 : Passage au sommet de la montée de Saint-Nizier-du-Moucherotte (1e catégorie)
17h36 : Arrivée prévue au sommet de Villard-de-Lans (3e catégorie)