Tour de France : Ce que l'on sait de l'enquête ouverte pour suspicion de dopage contre "une partie" de l'équipe Arkéa-Samsic

Publié le , modifié le

Auteur·e : Vincent Daheron
Nairo Quintana
Marco Bertorello / AFP / POOL | Marco Bertorello / AFP / POOL

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Une enquête a été ouverte lundi 21 septembre par le parquet de Marseille pour des soupçons de dopage visant une petite partie de l'équipe Arkéa-Samsic. Deux personnes ont notamment été placées en garde à vue, qui a été prolongée ce mardi. Au lendemain de l'ouverture de cette enquête, France TV Sport fait le point sur ce que l'on sait de l'enquête.

► Pourquoi et contre qui une enquête a-t-elle été ouverte ?

Lundi 21 septembre, au lendemain de la fin du Tour de France, la procureure de Marseille, Dominique Laurens, a ouvert une enquête "sur des soupçons de dopage visant une petite partie de l'équipe des coureurs", a-t-elle précisé dans un communiqué. Cette enquête préliminaire a été ouverte par le pôle santé publique du parquet de Marseille "des chefs d'administration et prescription à un sportif sans justification médicale de substance ou méthode interdite dans le cadre d'une manifestation sportive, aide à l'utilisation et incitation à l'usage de substance ou méthode interdite aux sportifs, transport et détention de substance ou méthode interdite aux fins d'usage par un sportif sans justification médicale".

L'enquête concerne une petite partie de l'équipe française Arkéa-Samsic et plus précisément l'entourage proche de Nairo Quintana. "Elle n’a concerné qu’un nombre très limité de coureurs, ainsi que leur entourage proche, non salarié de l’équipe", a tenu à préciser Emmanuel Hubert, manager général de l'équipe bretonne, dans un communiqué

à voir aussi Tour de France : une enquête ouverte sur des soupçons de dopage vise "une petite partie" de l'équipe Arkéa-Samsic, deux gardes à vue Tour de France : une enquête ouverte sur des soupçons de dopage vise "une petite partie" de l'équipe Arkéa-Samsic, deux gardes à vue

► Deux membres de l'entourage de Nairo Quintana en garde à vue

La procureure de Marseille précisait hier que "deux gardes à vue [étaient] en cours". Selon les informations de L'Equipe, il s'agit de Fredy Abella, médecin colombien personnel de Nairo Quintana présent avec l'équipe uniquement sur ce Tour de France, et de Mikel Otero, kinésithérapeute espagnol déjà aux côtés de Quintana dans son ancienne équipe, Movistar. Selon une source proche de l'enquête, ils ont été entendus à Arcueil (Val-de-Marne) dans les locaux de l'Office centrale de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP). Selon une source proche de l'enquête, les deux gardes à vue ont été prolongées. De plus, toujours selon L'Equipe, Nairo Quintana et son frère Dayer auraient été entendus en audition libre, lundi, par l'OCLAESP.

► Une perquisition menée à l'hôtel de l'équipe mercredi dernier

Selon nos informations, une perquisition avait été menée mercredi 16 septembre aux Allues (Savoie), près de Méribel, ciblant Nairo Quintana, le coureur colombien de l'équipe française Arkea-Samsic. Les chambres des frères Quintana et du troisième coureur colombien de l'équipe, Winner Anacona, ainsi que celles de plusieurs proches mais aussi des voitures avaient été fouillés. Le manager de l'équipe, Emmanuel Hubert, a confirmé la perquisition dans le communiqué publié sur le site internet d'Arkéa-Samsic. Selon nos informations, ce sont des éléments de la commission antidopage de l'UCI qui seraient à la base de cette perquisition. Selon une source proche du dossier, les gendarmes de l'OCLAESP l'auraient conduite de leur propre initiative, sans la collaboration de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD). 

à voir aussi Soupçons de dopage sur le Tour de France : "L'enquête ne vise ni l'équipe, ni son staff", assure le manager d'Arkéa-Samsic Emmanuel Hubert Soupçons de dopage sur le Tour de France : "L'enquête ne vise ni l'équipe, ni son staff", assure le manager d'Arkéa-Samsic Emmanuel Hubert

► Ce qui a été retrouvé suite à la perquisition

L'enquête ouverte par le parquet de Marseille fait suite à la perquisition menée près de Méribel. La procureur de Marseille, Dominique Laurens, a évoqué "la découverte de nombreux produits de santé dont des médicaments dans leurs affaires personnelles, mais également et surtout une méthode pouvant être qualifiée de dopante".

De plus, selon Le Parisien, 100 ml de sérum physiologique et du matériel d'injection ont été retrouvés dans certaines affaires personnelles. Le sérum physiologique peut servir à diluer, et donc pourraient contribuer à diminuer l'hématocrite (le volume de globules rouges dans le sang).