Tour de France : Après deux semaines de désintérêt, place à la bataille pour le maillot à pois

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
Cosnefroy Port de Balès

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Depuis le soir du grand départ à Nice, le maillot à pois est tranquillement installé sur les épaules de Benoît Cosnefroy (AG2R-La Mondiale). Premier étonné de la situation, le coureur d’AG2R La Mondiale savoure, mais s’attend à le perdre mercredi. Et pour cause, Pierre Rolland (B&B) est revenu dans la course, alors que les favoris pointent le bout de leur nez. Tout se jouera sur les pentes de la Loze.

Pour la première fois, le Tour de France emprunte mercredi les pentes vertigineuses du col de la Loze, sur les hauteurs de Méribel. Goudronnée cette année, cette route forestière incroyablement irrégulière (de 2% à 20%) est attendue comme le juge de paix de cette Grande Boucle. A juste titre sûrement. Mais elle ne déterminera pas seulement qui sera en jaune sur les Champs-Elysées. Après deux semaines sans véritable lutte, le maillot à pois se jouera certainement sur ces mêmes pentes, en parallèle du maillot jaune, ou pas.

Deux français à égalité... 

Pour l’heure, le maillot à pois est toujours sur les épaules de Benoît Cosnefroy (AG2R La Mondiale), mais il ne tient plus qu’à un fil après l’arrivée à Villard-de-Lans qui a vu Pierre Rolland égaliser à 36 points partout. Seulement, Benoît Cosnefroy a passé un col de 1e catégorie en tête, contrairement à Pierre Rolland, c’est pourquoi il conserve sa tunique. "Ils font les choses bien les adversaires : ils se partagent les points depuis une semaine (rires). J’ai essayé d’aller dans l’échappée : ça ne m’a pas réussi", expliquait Cosnefroy à l’arrivée, étonné de conserver son maillot : "Sincèrement je ne pensais pas garder ce maillot aujourd’hui. Je vais le défendre de la meilleure des façons".

En vérité, depuis les Pyrénées, tout le monde s’attend à voir Cosnefroy dépossédé de son maillot. Dans les faits, aucun coureur ne semble intéressé par la tunique à pois. Aucun, jusqu’à ce que Pierre Rolland n’entre dans la course ces derniers jours. Visiblement en forme, le grimpeur de B&B Hôtels a encore glané de précieux points entre La Tour-du-Pin et Villard-de-Lans, mais pas assez à son goût : "Quand on voit les difficultés de cette étape, et qu’en passant tout en tête, il n’y avait que 23 points en tout, ça fait peu. Ce n’est pas beaucoup, je trouve, pour une difficulté pareille", a-t-il regretté, avant de se montrer pessimiste : "De tout façon il ne faut pas rêver, demain les 40 points de la Loze seront pour Roglic ou Pogacar. Ce sont eux qui auront le maillot à Paris. Ce Tour est fait pour que ce soit un des favoris qui ait le maillot à pois. Demain il y a des points à prendre dans la Madeleine, mais ce sera compliqué de le ramener à Paris"

... en attendant les favoris

Quand on se penche sur la répartition des points à prendre demain, difficile de donner tort au Français. Avec deux cols hors catégorie au programme, le vainqueur pourrait empocher 60 points (20 au col de la Madeleine, 40 sur le col de la Loze). L’arrivée verra d’ailleurs les points doublés. Autrement dit, en haut de la Madeleine, il y aura 20, 15, 12 10, 8, 6, 4 et 2 points pour les dix premiers. Le double en haut de la Loze. Quand on sait que l’étape sera le théâtre d’une explication entre favoris, certainement aux avants postes, il ne devrait donc rester que des miettes à Rolland et aux autres prétendants.

Le classement des grimpeurs après la 16e étape : 
1- Benoît Cosnefroy (AG2R La Mondiale) : 36 pts
2- Pierre Rolland (B&B Hôtels Vital Concept) : 36 pts
3- Tadej Pogacar(UAE Emirates) : 34 pts
4- Primoz Roglic (Jumbo-Visma) : 33 pts
5- Nans Peters (AG2R La Mondiale) : 32 pts
6- Marc Hirschi (Sunweb) : 31 pts
7- Lennard Kämna (Bora-Hansgrohe) : 27 pts
8- Jesus Herrada (Cofidis) : 25 pts
9- Quentin Pacher (B1B Hôtels Vital Concept) : 24 pts
10- Tom Skujins (Trek-Segafredo) : 24 pts

En dehors de ce top 10, les coureurs visant le podium - voire le jaune - peuvent aussi inquiéter ceux qui visent le maillot à pois. Ainsi, Miguel Angel-Lopez (11 pts), Richie Porte (12 pts), Marc Soler (12 pts), Mikel Landa (8 pts) ou encore Enric Mas (8 pts) pourraient rapidement s’emparer des pois s’ils accrochent le wagon de la Jumbo-Visma. D’autant que Pierre Rolland a avoué être épuisé : "J’ai accusé le coup en fin d’étape. Je vais essayer de bien me retaper ce soir, pour être à l’attaque demain ou après-demain si les jambes me le permettent. Les cuistos sont en train de me faire un bon plat de pâte pour demain". A moins que Benoît Cosnefroy ne le conserve une journée de plus. Mais là, il faudrait plus que des pâtes pour s’en remettre.