Warren Barguil
Warren Barguil | Marco Bertorello / AFP

Tour de France 2019 : Que veut vraiment Warren Barguil ?

Publié le , modifié le

Épanoui dans un rôle d’attaquant en 2017, Warren Barguil a abordé le Tour de France 2019 dans le même état d’esprit. C’est ce qu’il répète à l’envi. Loin d’être largué au général, le Breton a une première occasion de se montrer à l’avant dans les Pyrénées ce jeudi. A moins que le général soit dans un coin de sa tête.

"L'objectif n'a pas changé, je veux essayer d'aller jouer une victoire d'étape". Warren Barguil n’a pas envie de faire une “placette” au général du Tour de France. Il a essayé, il n’a pas aimé. Depuis 2017 et ses festivals en montagne (deux victoires d’étape, plus le maillot à pois), le Breton a pris goût aux épopées. Tant et si bien qu’il répète que son seul objectif est le succès d’étape.

La première partie de la Grande Boucle confirme-t-elle les propos de Barguil ? Sa situation chiffrée déjà : 17e du classement général à 3'26" de Julian Alaphilippe et donc 2'14" de Geraint Thomas, le premier des favoris. Pas suffisant pour avoir de la latitude pour partir à l’avant. "J’aurai peut-être cinq-six minutes après Pau (le contre-la-montre de vendredi). Ce serait aussi bien car j’aurai plus de liberté, ce qui me permettrait d’anticiper, d’être dans l’action", explique-t-il à Ouest France.

Warren Barguil
Warren Barguil © Bettini Luca / BettiniPhoto / DPPI

En 2017, il était déjà plus loin avant la première vraie étape de montagne.Entre Nantua et Chambéry, le seul Rigoberto Uran l’avait battu au sprint. Mais son heure arrivait, à Foix le 14 juillet puis au sommet de l’Izoard. La 10e place au classement général avait suivi mais dans cet ordre, pas dans l’autre. 

Capable de lutter avec les meilleurs à la pédale

L’attitude du leader d’Arkéa-Samsic depuis le début du Tour de France 2019 ne donne pas à croire qu’il se désintéresse complètement du général. A La Planche des Belles Filles, il avait attaqué le groupe des favoris avant de terminer 21e de l’étape devant Romain Bardet, notamment. Ce jour-là, il avait l’occasion de perdre du temps pour obtenir cette sacro-sainte liberté, indispensable pour jouer les étapes dans les échappées.

Lundi encore quand les Pinot, Fuglsang et Uran ont perdu du temps dans une bordure, lui était dans le premier groupe. Être placé et frotter dans le peloton n’a jamais été un problème pour Barguil. Là encore l’occasion était pourtant belle de lâcher du temps “facilement”. "Je n’ai pas perdu de temps inutilement", a d’ailleurs noté Barguil chez Ouest-France.

Avec les jambes qu’il a, Warren Barguil semble capable de lutter à la pédale avec les meilleurs. Pour faire un top 10 ? Ce n’est pas son objectif, a priori. Sauf s’il finit par se prendre au jeu.