Peter Sagan
Peter Sagan | ERIC LALMAND / BELGA MAG / Belga

Tour de France 2019 : première attaque, Sagan et sprint massif, l'étape en questions

Publié le , modifié le

Qui sera le premier attaquant du Tour de France, Peter Sagan va-t-il aller chercher le maillot à pois et enfin un sprint massif est-il assuré à Bruxelles ? Voici les trois questions que l'on se pose pour la première étape de la Grande Boucle 2019.

Qui sera le premier attaquant ?

Sur le Tour de France, les coureurs tricolores ont des fourmis dans les jambes. Il n’est pas rare que le premier attaquant du jour soit un Français. Alors pour le lancement de la 106e édition de la Grande Boucle, il serait tentant de miser sur l’un des 34 représentants de l’Hexagone pour allumer la première mèche. Mais puisque cette année, le Grand Départ a pris ses quartiers en Belgique, misons sur un Belge mais écartons les coureurs dont le leader ou le coéquipier est un sprinteur. On n’oublie pas que Wanty - Gobert est une formation offensive et on pose son regard sur Frederik Backaert. Rendez-vous au kilomètre zéro !

Frederik Backaert
Frederik Backaert © DIRK WAEM / BELGA MAG / Belga

Sagan peut-il compléter sa collection ?

Même si le Mur de Grammont n’est plus le mont décisif du Tour des Flandres, il en est toujours un endroit mythique. Pour cette étape inaugurale de la Grande Boucle, les organisateurs ont eu la bonne idée de le placer sur le parcours des coureurs en compagnie de son petit frère, le Bosberg. Classé en troisième catégorie, le Mur sera décisif pour l’attribution du premier maillot à pois. Même s’il intervient tout de même après 43 kilomètres de course, il peut donner des envies à un certain Peter Sagan. A l’aise sur les pavés, le Slovaque a largement les qualités pour passer en tête et compléter sa belle collection de maillot sur le Tour après avoir porté le vert, le jaune et le banc.

Un sprint massif, vraiment ?

Quand ils ont vu le parcours du Tour de France et que celui-ci débutait par une étape en ligne, tous les sprinteurs ont eu la même idée : porter le maillot jaune dès samedi soir à Bruxelles. Est-ce pour autant évident que celui-ci se jouera sur un sprint dans la capitale belge? Un peu casse-pattes, le final est propice à des escarmouches. Si le peloton n’est pas bien organisé, il pourrait se faire surprendre. Attention aussi, le final se dispute sur en faux-plat montant. Tous les sprinteurs ne vont pas l’accueillir avec le même plaisir.