Egan Bernal et Simon Yates avec Christian Prudhomme
Egan Bernal et Simon Yates avec Christian Prudhomme | Marco Bertorello / AFP

Tour de France 2019 : L'étape arrêtée en haut de l'Iseran, Egan Bernal nouveau maillot jaune

Publié le , modifié le

Une étape de folie ! Après l'abandon de Thibaut Pinot en début de journée dans cette 19e étape entre Saint-Jean-de-Maurienne et Tignes, les commissaires ont décidé d'arrêter la course suite à un orage de grêle qui s'est abattu sur le bas de la descente du Col d'Iseran. Les temps sont donc pris sur la ligne au sommet et c'est Egan Bernal qui avait attaqué qui y est passé le premier. Il devrait être le nouveau maillot puisqu'Alaphilippe a craqué. Il n'y a pas de vainqueur d'étape.

On n'avait jamais vu ça sur le Tour de France ! Jamais une étape n'avait été arrêtée. L'orage de grêle et une route innondée au bas de la descente de l'Iseran ont contraint les organisateurs a prendre une décision radicale : alors que les coureurs étaient lancés vers la vallée, ils ont stoppé la course et pris les temps au sommet de l'Iseran. Ce qui est sûr c'est qu'Egan Bernal est le nouveau leader du Tour de France. Après avoir craqué dans l'Iseran, Julian Alaphilippe redescend à la deuxième place du classement général. Thibaut Pinot lui avait dû jeter l'éponge en début de journée.

La journée a démarrée avec des pleurs, elle a terminé dans l'incompréhension. Entre Saint-Jean-de-Maurienne et Tignes, un feu d’artifice était attendu, les supporteurs français n’ont trouvé que de la tristesse. La première partie de l’étape a été marquée par le calvaire de Thibaut Pinot qui, victime d’une lésion musculaire à la cuisse gauche, a dû abandonner après seulement une quarantaine de kilomètres dans cette 19e étape.

Le Tour était sonné mais la course devait continuer. Le départ de l’étape avait été très rapide, c’est d’ailleurs sans doute ce qui a accentué le calvaire de Pinot, et l’échappée du jour a, comme d’habitude, mis du temps à se dessiner. Un groupe d’une vingtaine d’hommes s’est tout de même extirpé et parmi eux on retrouvait, comme tous les jours, des coureurs de classe mondiale. Toujours sans victoire, Uran, Valverde, Barguil, Dan Martin, Aru, Martin, Lutsenko et Nibali avaient tenté leur chance accompagnés entre autres de Simon Yates, déjà double lauréat d’une étape sur ce Tour de France. Mais à l’arrière, Ineos avait une idée : faire mal à Julian Alaphilippe.

Bernal nouveau patron

Dans l’Iseran, le toit du Tour, que les hommes de tête ont entamé avec seulement deux minutes d’avance, les boys de Nicolas Portal ont entamé leur travail de sape. Castroviejo puis Van Baarle ont vissé fort pour accélérer le rythme et rapidement faire redescendre l’écart sous la minute avant que Poels ne fasse son travail. Le moment choisi par Egan Bernal pour porter son attaque qui allait s'avérer être décisive.

Le Colombien, nouveau leader, sous réserve d'officialisation par les commissaires, semble être le plus fort en montagne sur ce Tour de France. Son coéquipier Geraint Thomas a bien tenté de lâcher Steven Kruijswijk et Emanuel Buchmann mais sans succès. Alors qu'il était passé en tête au sommet en reprenant l'échappée matinale, Bernal a reçu le renfort de Simon Yates. Quelques kilomètres plus loin, la course été arrêtée dans l'incompréhension la plus totale du côté des coureurs mais la sécurité a primé.