Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma)
Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) | Marco Bertorello / AFP

Tour de France 2019 - La victoire pour Dylan Groenewegen sur la 7e étape

Publié le , modifié le

Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma) a remporté la septième étape du Tour de France disputée entre Belfort et Chalon-sur-Saône. Le sprinteur néerlandais a devancé d'un rien l'Australien Caleb Ewan (Lotto-Soudal) et le Slovaque Peter Sagan (Bora-Hansgrohe). C'est un soulagement pour celui qui avait chuté lors de la première étape à Bruxelles. Giulio Ciccone (Trek-Segafredo) conserve tranquillement le maillot jaune.

On l'attendait bien plus tôt dans ce Tour de France dès la première étape à Bruxelles pour un maillot jaune mais Dylan Groewenegen avait chuté. On l'avait trouvé en dedans sur les sprints suivants mais à Chalon-sur-Saône le Néerlandais a de nouveau fait parler sa puissance. Dans un sprint parfaitement emmené par les Deceuninck-Quick Step d'Elia Viviani, finalement sixième, il a devancé d'un rien un Caleb Ewan que l'on retrouve à haut niveau et un Peter Sagan toujours présent. C'est sa quatrième victoire d'étape sur la Grande Boucle.

Après La Planche des Belles Filles, le peloton avait besoin de souffler. Les organisateurs avaient prévu le coup et lui a proposé un parcours idéal sur 230 kilomètres entre Belfort et Châlon-sur-Saône. Sur un rythme encore moins soutenu que le plus pessimiste (20 minutes de retard), les coureurs ont rallié la Saône-et-Loire en deux groupes. A l’avant, Yoann Offredo (Wanty - Gobert) a encore animé la journée. Il était cette fois accompagné de son compatriote et ami Stéphane Rossetto (Cofidis). 

Parti au deuxième kilomètre, le duo n’a jamais compté plus de 5’11’’ d’avance. Insuffisant pour contenir un peloton qui a connu une journée tranquille si l’on excepte la chute de Tejay Van Garderen peu après le départ et la petite frayeur de Quintana et Martin piégés dans le final après une accélération  des Ag2r-La Mondiale. Après avoir revu le duo à 12 kilomètres du but, le peloton s’est préparé pour un sprint royal.

Une approche du sprint perturbée par la présence des leaders, notamment les Ineos et les Groupama-FDJ. Pour le reste, les Deceuninck-Quick Step semblaient les mieux placés mais Elia Viviani a calé dans les 250 derniers mètres. Le moment choisi par Groenewegen, Ewan et Sagan pour faire leur effort. Si le Slovaque a rapidement été hors-jeu, il a fallu la photo-finish pour départager le Néerlandais et l'Australien. Ewan devra attendre encore un peu pour ouvrir son compteur, c'est fait pour Groenewegen.