Tour de France 2019 : “La Planche des Belles Filles a souvent rendu des vérités” : Thibaut Pinot a-t-il raison ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : Christophe Gaudot
Vincenzo Nibali à La Planche des Belles Filles en 2014
Vincenzo Nibali à La Planche des Belles Filles en 2014 | BAS CZERWINSKI / ANP MAG / ANP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Ce jeudi, le Tour de France va connaître son premier vrai épisode montagneux avec La Planche des Belles Filles. Toujours placée en début de course quand elle est sur le parcours, la montée vosgienne a souvent des allures de révélateur.

"On saura qui est fort, qui l’est moins. Sur les dernières années, La Planche a souvent rendu des vérités. Ceux qui ont gagné ou qui n’étaient pas loin ont souvent fait un bon Tour derrière. La Planche c’est un vrai test, on ne peut pas se cacher". Pour Thibaut Pinot, aucun doute, la sixième étape du Tour de France et particulièrement son final sera un révélateur de la force de chacun des favoris. La hiérarchie au sommet sera même proche de celle du 28 juillet prochain, à Paris.

Découverte au début de la décennie 2010 par les organisateurs du Tour de France, la montée, bien connue des cyclistes de la région, a été trois fois au programme du Tour de France depuis (2012, 2014, 2017). Est-elle si révélatrice de la suite du Tour de France ?

En 2012, les coureurs du 99e Tour de France avaient eu l’immense honneur d’inaugurer ce mur vosgien lors de la 7e étape. Ce jour-là, un certain Christopher Froome avait devancé Cadel Evans et Bradley Wiggins. Dans le top 10, on retrouvait par la suite, Nibali (4e), Taaramäe (5e), Zubeldia (6e), Rolland (7e), Brajkovic (8e), Monfort (9e) et Roche (10e).

Sept de ces dix coureurs allaient occuper le top 10 du Tour de France 2012 à Paris. Wiggins l’avait emporté devant Froome et Nibali. Plus loin Zubeldia (6e), Evans (7e), Rolland (8e) et Brajkovic (9e) étaient eux-aussi au rendez-vous. Un point pour Thibaut Pinot.

Le doublé de Nibali en 2014

Deux ans plus tard, retour à La Planche des Belles Filles lors de la dixième étape. Il y a cinq ans, Vincenzo Nibali faisait le doublé. Victoire au sommet et sacre sur le Tour. A cette occasion, La Planche avait établi une hiérarchie extrêmement proche de celle de Paris. Les six premiers de l’étape (Nibali, Pinot, Valverde, Péraud, Bardet et Van Garderen) allaient occuper le top 6 final à Paris dans un ordre différent (Nibali, Péraud, Pinot, Valverde, Van Garderen et Bardet). Deuxième point pour Pinot.

Enfin, 2017. L’année où le vainqueur de la Planche des Belles Filles a fini le plus “loin” à Paris. Fabio Aru, victorieux sur la 5e étape terminait deux semaines et demie plus tard à la cinquième place du Tour de France. Dans les Vosges, il avait devancé Martin (6e final), Froome (1er), Porte (abandon), Bardet (3e), S. Yates (7e), Uran (2e), Contador (9e), Quintana (12e) et Thomas (abandon). Sept des dix premiers du général final étaient donc déjà présents parmi les plus fort à La Planche. Troisième et dernier point pour Pinot. Les favoris du Tour de France 2019 sont prévenus.