Tour de France 2019 - Ineos ne s'inquiète pas : “On ne va pas changer de stratégie pour 20 secondes”

Publié le , modifié le

Auteur·e : Christophe Gaudot
Geraint Thomas
Geraint Thomas | Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Thibaut Pinot a récupéré 28 secondes sur Geraint Thomas et Egan Bernal, le Gallois a chuté avec ses coéquipiers mais Ineos ne s’inquiète pas. La raison ? L’équipe est solide et le vainqueur sortant aurait pu suivre Pinot et Alaphilippe s’il avait été mieux placé.

Tout ne roule pas pour Ineos. Habitué à dominer le Tour même sans le maillot jaune, la formation britannique du vainqueur sortant, Geraint Thomas, multiplie les galères depuis le départ et même avant si l’on remonte aux chutes de Bernal, Froome puis Thomas. A Bruxelles, Thomas n’était pas allé à terre mais vers Saint-Étienne il n’a pu l’éviter quand Michael Woods (Education First) a chuté devant lui. Nicolas Portal, le directeur sportif, reste pourtant serein.

"On ne peut pas changer de stratégie pour 20 secondes. L’équipe est forte, Egan Bernal et Geraint Thomas aussi. La bonne chance peut tourner”, rappelle Nicolas Portal. Au classement général, le Gallois et le Colombien sont en effet passés derrière Thibaut Pinot pour 19 secondes pour le premier et 22 pour le second. Mais surtout, Portal se rassure parce qu’il a vu de la “frustration” chez Thomas après l’arrivée.

Thomas : "Les jambes sont bonnes"

"Il y a une frustration et quand on est frustré c’est qu’on sentait qu’on pouvait bien faire, note Portal. Il a senti qu’il avait les bonnes jambes". Remonté par Poels et Castroviejo au moment de sa chute, Thomas a bouché les vingt derniers mètres tout seul mais était autour de la 15e position quand Alaphilippe et Pinot ont attaqué. "J’étais à bout de souffle après ma poursuite, regrette Thomas pour Cyclingnews. C’est embêtant et frustrant mais revenir comme je l’ai fait montre que les jambes sont bonnes. Vous ne voulez simplement jamais lâcher du temps pour rien".

Il n’y a pas de casse, les gars sont forts”, insiste Portal. Effectivement avant la chute, sept Ineos (le seul Rowe manquait à l’appel) étaient encore présents dans le groupe de tête. Egan Bernal lui a évité la chute collective mais n’a pu suivre le duo tricolore, “personne n’a pu”, relativise son directeur sportif. Toujours est-il qu’à La Planche puis à Saint-Étienne, le Colombien a montré quelques limites quand son leader a prouvé sa force.

Fort Thibaut Pinot l’est aussi et n’hésite pas à le montrer jour après jour. “C’est clair qu’il commence à montrer de belles choses”, note Portal qui prophétise que "quand on commence à être fort comme ça, soit on craque, soit on est très fort”. L’avenir nous dira lequel de Thomas ou de Pinot est le plus fort sur ce Tour de France 2019.