Elia Viviani (Tour de France 2019)

Tour de France 2019 : Elia Viviani remporte la 4e étape

Publié le , modifié le

Elia Viviani (Deceuninck-Quick Step) a décroché sa première victoire d'étape sur le Tour de France en dominant au sprint tous ses adversaires à Nancy. Le sprinteur italien a devancé Alexander Kristoff (UAE Emirates) et Caleb Ewan (Lotto-Soudal). C'est la deuxième victoire en deux jours pour la formation belge, Deceuninck-Quick Step après le succès de Julian Alaphilippe à Épernay.

Quand la confiance arrive dans une équipe, tout le monde en profite. Le succès de Julian Alaphilippe lundi à Épernay a eu de belles conséquences pour son sprinteur Elia Viviani. Le maillot jaune s'est mué en équipier dans les derniers kilomètres à Nancy et l'Italien a parfaitement conclu le travail de la Deceuninck-Quick Step. Avec ce succès, Viviani lève les bras pour la première fois sur le Tour et complète sa collection : il a désormais triomphé sur les trois Grands Tours (9 victoires au total). Alaphilippe conserve lui le maillot jaune après une journée tranquille.

Deux Wanty à l'avant

On attendait une étape très calme entre Reims et Nancy, les coureurs ne se sont pas faits la bagarre. Le vent n'a finalement joué aucun rôle et les leaders ont passé une journée tranquille. A noter seulement la crevaison de Thibaut Pinot à 33 kilomètres de l'arrivée. Rien de très inquiétant donc. A l'avant, les Wanty-Gobert avaient décidé de faire la course. Frederik Backaert et Yoann Offredo ont accompagné Michael Schär (CCC) pendant de nombreux kilomètres.

Le trio parti au kilomètre zéro a un temps compté 3'27'' d'avance mais jamais plus. Dans ces conditions et sur un parcours dénué de piège, difficile d'espérer autre chose qu'une issue décevante. A 25 kilomètres de l'arrivée, Offredo a rendu les armes avant que Backaert ne soit lâché et que Schär soit ramené à la raison dans l'ultime difficulté de la journée, la côte de Maron.

Calmejane a tenté le coup

Dans cette côte (3,2 km à 5,5%), les coéquipiers de Michael Matthews (Sunweb) et Peter Sagan (Bora-Hansgrohe) ont tenté de durcir pour condamner Dylan Groenewegen notamment. Une opération manquée et c'est avec toutes les forces vives que le sprint allait se dérouler. Lilian Calmejane lui a tenté de s'extirper pour aller s'imposer en solitaire mais sa tentative à onze kilomètres de l'arrivée a été ramenée à la raison cinq bornes plus tard.

La Deceuninck-Quick Step a ensuite pris les choses en main avec notamment Julian Alaphilippe donc. Parfaitement lancé par Richeze, Viviani a été le plus véloce sur la ligne d'arrivée. Ni Kristoff, ni Ewan, ni Sagan et encore moins un décevant Groenewegen (Jumbo-Visma) seulement cinquième n'ont été capables de lui ravir ce succès.