Tour de France 2019: Deceuninck-Quick Step, l'attendue surprise à Epernay

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Julian Alaphilippe après sa victoire à Epernay lors de la 3e étape du Tour de France 2019
Julian Alaphilippe après sa victoire à Epernay lors de la 3e étape du Tour de France 2019 | AFP - Marco Bertorello

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'arrivée de la 3e étape du Tour de France, idéale pour un puncheur comme Julian Alaphilippe, était cochée par sa formation Deceuninck-Quick Step. Le Français et sa formation ont été au rendez-vous. Mais ils ont comme souvent concocté des surprises.

"Il n'avait pas dit que c'était aujourd'hui." Maillot jaune au sommet d'Épernay, Julian Alaphilippe est une fois de plus une aubaine pour l'espiègle Patrick Lefevère. Oui, le manageur de l'équipe Deceuninck-Quick Step a raison: Julian Alaphilippe n'avait jamais dit que sa volonté de porter pour la première fois le maillot jaune se concrétiserait à Epernay. Dans la première semaine, si. Mais le final du jour le plaçait parmi les grands favoris pour la victoire d'étape. Il était attendu. Il a répondu présent, à sa manière, avec panache, en mettant au supplice les nerfs de son mentor.

"C'était très risqué ce qu'il a fait. Le planning, c'était faire le sprint car il avait les jambes pour le faire ici. Partir comme ça, à 15 kilomètres de l'arrivée, c'était incroyable. On a eu peur jusqu'à la fin", racontait le Belge. Dans les faits, l'explosion de joie entendue depuis l'extérieur du bus de la formation d'outre-Quiévrain ne laissait aucun doute sur la libération au moment où le Français a franchi la ligne d'arrivée en levant les bras au ciel. Pour la troisième fois de sa carrière sur la Grande Boucle.
 

Quelques minutes après, alors que le vainqueur de l'étape est resté près de la ligne d'arrivée pour être récompensé, l'Espagnol Enric Mas arrive, suant mais le sourire aux lèvres. Il est le dernier à avoir suivi son leader, et donc le premier à atteindre le bus de l'équipe. Il frappe avec force la main de son mécano, pendant que Patrick Lefevère a placé son chapeau sur la tête pour répondre aux médias. 

Lorsqu'on l'interroge sur la possibilité de fêter cette victoire avec une coupe de champagne, le manageur fait semblant de tendre l'oreille: "Une coupe vous dîtes ? Un camion oui", avant de partir dans un rire, fier de la bonne répartie qu'il vient d'avoir. Surpris par l'attaque de son coureur, mais pas par sa victoire, Patrick Lefevère aime deux choses: les victoires de ses coureurs et les bons mots. Une victoire dans la région de Champagne ? "Je connais mes priorités", ajoute-t-il malicieusement. Garder ce maillot ? "Jusqu'à Paris ?", sourit-il. Qu'a-t-il de particulier ce Julian Alaphilippe: "Il est Français.

La formation belge Deceuninck-Quick Step a attendu de quitter la Belgique pour remporter sa première victoire sur le Tour de France 2019. Avec elle, les surprises ne sont jamais loin.

De notre envoyé spécial