Tour de France 2019 : Caleb Ewan enlève la 16e étape au sprint

Publié le , modifié le

Auteur·e : Romain Bonte
Deuxième victoire pour Caleb Ewan sur ce Tour de France à Nîmes.
Deuxième victoire pour Caleb Ewan sur ce Tour de France à Nîmes. | Marco Bertorello / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'Australien Caleb Ewan (Lotto-Soudal) a remporté au sprint la 16e étape, une boucle de 177 kilomètres autour de Nîmes. Il devance sur la ligne Elia Viviani (Deceuninck-Quick Step) et Dylan Groenewegen (Jumbo-Visma). Il s'agit de sa deuxième victoire d'étape dans cette édition. Cette journée a par ailleurs été marquée par la chute et l'abandon de Jakob Fuglsang (9e du général). Hormis le départ du Danois, on ne note pas de changement majeur au général, Julian Alaphilippe endossera donc le jaune pour une 12e journée, mercredi.

Un peu plus de 36 degrés, une chaleur qui n'allait pas décourager Stéphane Rossetto (Cofidis) et Alexis Gougeard (AG2R La Mondiale), en fuite dès le premier kilomètre. Rejoints par Lukasz Wisniowski (CCC), Paul Ourselin (Total-Direct Energie) et Lars Bak (Dimension-Data), les échappés comptaient rapidement une minute d'avance. Alors que la course était contrôlée par Lotto-Soudal, Jumbo-Visma, puis UAE, Geraint Thomas (Ineos) se ratait dans un virage, une chute sans gravité pour le leader d'Ineos qui rejoignait le peloton grâce à Dylan Van Baarle et Jonathan Castroviejo.

Une échappée sous haut contrôle

Passé à deux minutes, l'écart avec les échappés se réduisait à 1'30, puis venait l'heure du sprint intermédiaire, et c'était Bak qui empochait les 20 points. Alors qu'il restait 100 kilomètres à parcourir, la tête de course comptait encore 1'20 d'avance, guère plus... Dans l'unique difficulté du jour, c'était de nouveau le doyen de cette édition qui franchissait le premier la côte de Saint-Jean-du-Pin (4e catégorie).

Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) se méfiait quant à lui d'une nouvelle bordure et restait à l'avant pour ne pas revivre la mésaventure de la 10e étape. "On va rester vigilant, qu'il y ait du vent ou pas, car on n'est pas à l'abri d'une chute ou d'une cassure", indiquait-il avant le départ. "Quatrième, ce n'est pas une place qui me plaît", expliquait par ailleurs le leader de Groupama-FDJ avant le départ, assurant vouloir "continuer à gratter des places".

Fuglsang out

Les leaders préféraient donc contrôler le plus possible, condamnant à terme l'échappée. La plupart d'entre eux -dont Pinot et Quintana- se préservaient également d'une éventuelle bordure, ou d'une chute. A 26 kilomètres de l'arrivée, c'est pourtant Jakob Fuglsang (9e à 5'27 du leader) qui tombait lourdement. Grimaçant, le leader d'Astana était contraint de jeter l'éponge.

A l'approche de Nîmes, les échappés -dont le combatif du jour Gougeard- ne comptaient plus qu'une vingtaine de secondes d'avance. A cinq kilomètres, les cinq effrontés se battaient pour préserver leur courte avance. Mais tel un ogre affamé, le peloton revenait à vu d’œil pour les engloutir à deux kilomètres de la ligne d'arrivée.

Dans le sprint final, c'est Caleb Ewan, déjà vainqueur lors de la 11e étape, qui prenait le dessus sur Elia Viviani et Dylan Groenewegen. Au classement général, Julian Alaphilippe conserve le jaune, qu'il endossera donc pour sa 12e journée mercredi, série la plus longue pour un Français depuis Bernard Hinault.