Le peloton lors de la 10e étape
Le peloton lors de la 10e étape | Anne-Christine POUJOULAT / AFP

Tour de France 2019 - Bordures, Ewan, Alaphilippe : La 11e étape en questions

Publié le , modifié le

C'est reparti ! Le Tour de France poursuit sa route vers les Pyrénées et s'arrêtera à Toulouse après un départ d'Albi. Au programme, un scénario classique et un sprint massif attendu, à moins qu'une bordure vienne corser l'affaire.

Après la journée harassante de lundi et le repos de mardi, les coureurs reprennent la route vers le Sud entre Albi et Toulouse (167 km). Au programme, un parcours plat qui devrait s'achever par un sprint massif.

Un sprint royal ?

Qu'on se le dise tout de suite : les chances des fuyards du jour seront quasi-nulles. Après une journée de repos et à la veille d'un enchaînement montagne, contre-la-montre et weekend pyrénéen, les équipes de sprinteurs ne laisseront pas passer leur chance entre Albi et Toulouse. Et ce d'autant plus qu'il faudra attendre mardi prochain et l'étape autour de Nîmes (propice aux bordures) pour avoir une nouvelle occasion. La question sera de savoir qui empochera la timbale. Sagan, Groenewegen, Viviani et même Teunissen et Van Aert ont déjà levé les bras. Place à Matthews ou Ewan ?

Dernière journée tranquille pour Alaphilippe ?

Il y a fort à parier que oui. S'il a dit lui-même qu'il voulait "se surprendre" dans les Pyrénées, Julian Alaphilippe a une mission ce mercredi lors de la 11e étape : faire du jus. Car ce qui l'attend ensuite, à savoir trois étapes de haute montagne entrecoupées d'un contre-la-montre a de quoi faire peur. Encore plus quand on souhaite défendre son maillot jaune face à un rouleur de la trempe de Geraint Thomas. A priori, la formation Deceuninck-Quick Step n'aura pas à travailler outre mesure pour contrôler l'échappée du jour et surtout il sera étonnant de voir le Français bosser dans le final pou Elia Viviani.

Attention aux bordures ?

Sur un tracé qui descendra vers le sud, tout en faisant une petite boucle en remontant vers le nord, le vent sera évidemment changeant. Après leur mésaventure de lundi, les Pinot, Uran, Fuglsang ou encore Porte seront vigilants même si les prévisions météorologiques ne devraient pas les inquiéter. En effet, si Météo France annonce un vent ouest-nord ouest dans le final de l'étape, soit de côté ou 3/4 face pour les coureurs, celui-ci ne devrait pas être assez fort (15 à 20 km/h) pour provoquer des bordures.