Romain Bardet
Romain Bardet | Bettini Luca / BettiniPhoto / DPPI

Tour de France 2019 - Alaphilippe, Sagan, Bardet : La 8e étape en questions

Publié le , modifié le

Après une étape plus calme, le peloton retrouve un parcours difficile entre Mâcon et Saint-Étienne (200 km). Sept ascensions sont au programme sur un tracé casse-pattes. Alaphilipe va-t-il récupérer le maillot jaune, Sagan peut-il jouer la gagne et une revanche pour Bardet, ce sont nos questions du jour.

Alaphilippe va-t-il reprendre le maillot jaune ?

"Je suis très remonté". Au départ de la 7e étape à Belfort, Julian Alaphilippe a prévenu ses adversaires et au premier rang desquels, Giulio Ciccone, le maillot jaune. "Il y a un gros weekend qui arrive et je ne suis pas très loin", a-t-il rappelé. Six secondes, c’est vraiment peu surtout sur un parcours comme celui entre Mâcon et Saint-Étienne qui semble convenir parfaitement convenir à “Alaf’”. 

La Côte de La Jaillère et ses passages à 14,5% au sommet sont un terrain de jeu idéal pour le meilleur puncheur du monde. Même s’il ne veut pas jouer le maillot jaune aux bonifications, Alaphilippe pourrait bien prendre, malgré lui, huit secondes au sommet avant de se jeter vers l’arrivée.

Sagan et Matthews peuvent-ils jouer la gagne ?

Vers Colmar avec quatre ascensions, la victoire semblait promise à des baroudeurs avant que Peter Sagan ne lève les bras pour son 12e succès sur le Tour. Entre Mâcon et Saint-Étienne, le menu est un petit peu plus copieux : sept ascensions dont cinq en deuxième catégorie. Surtout, les coureurs seront constamment en prise, comprenez rarement sur du plat. Ajoutez à cela la Côte de la Jaillère à 12,5 kilomètres de l’arrivée et vous obtenez un cocktail peu propice à un sprint entre costauds. Surtout, l'équipe qui voudra contrôler l'échappée du jour va laisser beaucoup de jus dans la bataille.

La revanche de Bardet ?

S’il sera dimanche sur ses routes d’entraînement dans une étape qui rejoindra sa ville de Brioude, Romain Bardet possède plus de chances de briller dès ce samedi. Après la claque reçue à La Planche des Belles Filles, il a révélé "sa honte". S’il croit encore à une bonne place au classement général, le leader d’Ag2r-La Mondiale a tout intérêt à réagir et vite. Ce sera bon pour sa confiance et celle de ses coéquipiers. Les 70 derniers kilomètres du jour sont propices à une course de mouvement.