Romain Bardet Tour de France 2018 défaillance Portet

Tour de France 2018 : Romain Bardet, la défaillance qui tombe mal

Publié le , modifié le

Il avait annoncé "un combat". Il voulait tout donner pour tenter quelque chose. Mais sur les pédales, la réalité n'était visiblement pas la même aujourd'hui à l'occasion de la 17e étape du Tour de France. Romain Bardet, 5e du général ce matin, a explosé à moins de six kilomètres de l'arrivée. Les jeux sont faits pour le coureur français : pour la première fois en trois ans, il ne terminera pas, sauf immense coup de théâtre, sur le podium de la Grande Boucle.

Au bord du malaise, Romain Bardet semblait littéralement à bout de force quelques instants après son arrivée au sommet du Col du Portet. Réputé pour être plus fort en troisième semaine du Tour de France, cette édition 2018 constituera cette fameuse exception confirmant la règle. Alors que le leader d'AG2R La Mondiale pointait à moins de deux minutes de Chris Froome (2e) et Tom Dumoulin (3e) ce matin, il comptait sur cette étape "dynamite" de 65km dans les Pyrénées pour tenter d'aller chercher un troisième podium en trois ans sur la Grande Boucle. Mais dans l'ultime ascension de 16km à près de 9% de moyenne, le corps a lâché, et n'a plus répondu. L'obligeant à "rouler à son propre tempo" tout en étant "incapable d'accélérer".

"Une journée terrible. Le corps ne pouvait pas me donner plus aujourd'hui."

D'ailleurs, pas question de se chercher des excuses pour celui qui ambitionne, un jour, de remporter la plus grande course cycliste au monde : "C'était une journée terrible. J'ai eu une terrible défaillance dans le dernier col, les jambes ne répondaient plus mais c'est comme ça, c'est la loi du sport. Le corps ne pouvait pas me donner plus aujourd'hui." Alors pourquoi une telle défaillance alors que, quelques kilomètres plus tôt, dans le Col du Val Louron-Azet, son équipe se mettait à rouler au train en tête du peloton maillot jaune ? C'est le corps qui a répondu, brutalement, à cette question. "J'avais des bonnes jambes toute l'étape" nous confiait-il avant d'ajouter, la mine grave et le teint blanc : "J'ai ressenti que je manquais de sucre dans la dernière montée, j'avais des maux de tête. J'étais vraiment pas bien. C'est difficile d'accepter car on se prépare depuis des mois mais c'est la loi du sport."

VIDÉO - La réaction de Romaine Bardet, épuisé...

Au final, Romain Bardet aura perdu près de deux minutes sur Geraint Thomas et Tom Dumoulin. Ce dernier étant le nouveau dauphin du Gallois suite à la défaillance de Chris Froome, désormais troisième à 2'31 de son coéquipier. S'il ne faut pas s'alarmer suite à cette défaillance, il faut surtout constater que c'est bien la première fois dans sa carrière que le natif de Brioude perd autant de temps à la pédale, dans la montagne, face aux autres cadors. À 27 ans, l'Auvergnat reste à Bardet une grande marge de progression, que ce soit dans la gestion des efforts, la tactique de course ou encore les chronos, des formats qui lui font encore défauts face aux grimpeurs-rouleurs que peuvent être Froome, Dumoulin ou Thomas. Vendredi, pour l'ultime étape de haute montagne où le Tourmalet se dressera face au peloton, il s'agira de se rassurer. Nul doute, quand on connaît le caractère de Romain Bardet, qu'il voudra relever la tête. Et pourquoi pas, l'esprit libéré de toute pression, aller lever les bras à Laruns. Histoire d'oublier, le temps de quelques heures, cette défaillance d'un jour.

Quentin Ramelet @Quentin_Ramelet