Peter Sagan (Bora), toujours disponible pour le public
Peter Sagan (Bora), toujours disponible pour le public | AFP - Jeff PACHOUD

Tour de France 2018 : Peter Sagan au niveau de Zabel, le charme en plus

Publié le , modifié le

A 28 ans, Peter Sagan est devenu co-recordman de maillots verts sur le Tour de France, au terme de cette 105e édition. Le Slovaque égale en effet l'Allemand Erik Zabel, sacré meilleur sprinteur de la Grande Boucle six fois dans toute sa carrière. Avec trois victoires d'étapes dans l'Hexagone en 2018, il amène son total à 11. Mais le triple champion du monde en titre ajoute un palmarès impressionnant, et surtout un charisme qui fait de lui l'un des chouchous du peloton.

"Ils se moquent de moi car je suis différent. Je me moque d'eux car ils se ressemblent tous." Sur son camion, cette phrase illustre l'état d'esprit de Peter Sagan. Homme à part, coureur à part, il se taille petit à petit un palmarès à part. Avec trois titres de champion du monde (série en cours), il est co-recordman en compagnie d'Eddy Merckx, Oscar Freire, Alfredo Binda, Riik Van Steenbergen. Dans les classiques, il a accroché Gand-Wevelgem (3 fois), le Tour des Flandres, Paris-Roubaix. Et en ce 29 juillet, il a atteint un autre sommet, en égalant Erik Zabel, seul à avoir conquis six maillots verts dans sa carrière. 

L'Allemand était un sprinteur au sang-froid, dans une équipe Télékom qui ressemblait à la grosse Bertha. Peter Sagan ne fait pas partie du même monde. Ce n'est pas un sprinteur pur. Dans les sprints massifs, il y a plus rapide que lui. Ce qui ne l'a pas empêché de s'imposer à Valence, devant Kristoff, couronné cette année sur les Champs-Elysées dans l'étape reine pour les sprinteurs. S'il a souffert les derniers jours des Pyrénées en 2018, il est capable de passer des cols, et donc de se trouver dans un final pour se montrer le plus rapide. Et de l'emporter dans une étape de baroudeurs à Quimper. 

Pas un sprinteur pur, mais le meilleur des sprinteurs

Il n'a pas non plus une formation impressionnante. Ses victoires, il se les construit souvent seul, en sachant prendre les bonnes roues pour imposer sa puissance. Mais par dessus tout, Peter Sagan attire les projecteurs. Belle-gueule, toujours prompt à rigoler, et attiré par le fun comme lorsqu'il fait des roues-arrières pendant les courses. Le bus de son équipe Bora-Hansgrohe s'est mise au diapason: c'est la seul à faire retentir la musique le matin, avant les étapes. Et cela fait recette. Le public est toujours massé autour. Et comme le sprinteur slovaque adore cela, il ne manque jamais l'occasion de s'arrêter pour un selfie, un autographe. Avec le sourire, et du charisme à revendre.

Renvoyé du Tour de France l'an dernier pour un sprint trop agité qui avait mis Cavendish au sol, Peter Sagan est revenu sur la marche qui lui va si bien. 

De notre envoyé spécial

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze