Tour de France 2018 - L'équipe Fortuneo veut briller sur ses terres

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Warren Barguil, le leader de Fortuneo-Samsic
Warren Barguil, le leader de la formation bretonne Fortuneo-Samsic | AFP - DAVID STOCKMAN / BELGA MAG / BELGA

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Ce mercredi matin, au départ de la 5e étape du Tour de France à Lorient, Warren Barguil a été ovationné. Lors de son passage sur le podium, le leader de l'équipe Fortuneo-Samsic a fait un tabac. Breton, dans une formation bretonne en plein coeur des quatre étapes en Bretagne, il était attendu. Et pas que lui. Au sein du collectif, ce passage breton avait été pointé depuis longtemps comme un moment majeur de cette Grande Boucle 2018.

Pas un coureur n'a reçu un tel accueil au départ de Lorient. Annoncé par le speaker façon star hollywoodienne, Warren Barguil a été ovationné par les spectateurs venus en masse assister à la signature rituelle de tous les coureurs du peloton. Ils ont même scandé son nom. C'est dire la côte d'amour du meilleur grimpeur du Tour de France 2017. Breton de naissance (il est natif du Morbihan), il a rejoint cette saison la formation bretonne de Fortuneo-Samsic. Avec un leader de renom, l'équipe vise de belles aventures, surtout en montagne. Cela tombe bien, les deux prochaines journées font appel au talent des grimpeurs. 

"Aujourd’hui ou demain, ce sont des parcours qui nous conviennent bien. On va faire le maximum", avançait ce matin Sébastien Hinault, l'un des directeurs sportifs de l'équipe française. L'arrivée à Quimper ce mercredi, puis au Mur de Bretagne demain, ont ainsi été soulignés en rouge chez Fortuneo. "On a envie de briller", assure le DS. "Hier, on savait que c’était voué à se finir au sprint. On n’a donc pas jeté toutes nos forces dans la bataille." La connaissance parfaite du terrain peut aider...

Un mélange de flandrienne et d'ardennaise, avec un peu de Liège

Le tracé de cette 5e étape du Tour pouvait offrir des opportunités plus intéressantes: "C’est un mélange de flandrienne et d’ardennaise. Flandrienne parce qu’on va passer par de toutes petites routes, comme sur le Tour des Flandres, mais ardennaise car il y a de belles bosses. Ca ressemble aussi à Liège, avec des bosses raides de 1 à 3km. Cette accumulation de difficultés va rendre cette étape compliquée. Enchaîner, avec de petites routes qui vont allonger le peloton et peuvent provoquer des cassures. Cette journée ne sera pas facile à contrôler. Les équipes peuvent rapidement perdre du monde vu la dureté de l’étape."

Sébastien Hinault avait donc annoncé la couleur "Etre offensifs, du début à la fin : mettre quelqu’un dans l’échappée, et si ça rentre, être encore à l’attaque dans le final." Avec Elie Gesbert dans l'échappée, les Fortuneo ont appliqué leur plan. Jusqu'à ce qu'il chute dans une descente.

De notre envoyé spécial