Tour de France 2018 - La Sky en maîtrise

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Geraint Thomas, Chris Froome et Tom Dumoulin à l'arrivée à Mende
Geraint Thomas, Chris Froome et Tom Dumoulin à l'arrivée à Mende | AFP - Jeff PACHOUD

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La longue étape du Tour de France menant à Mende (188km lors de la 14e étape) n'a pas bouleversé l'équipe Sky du maillot jaune Geraint Thomas et de son dauphin, Chris Froome. La formation britannique a contrôlé l'échappée, avant que les deux leaders ne contrent Tom Dumoulin (Sunweb), qui a fini dans leurs roues. "Ca a été une étape tranquille pour nous", reconnaissait ainsi le quadruple vainqueur de la Grande Boucle, une fois l'arrivée franchie et sa récupération réalisée.

Dégoulinant de sueur, les muscles saillants, Chris Froome fait tourner les jambes sur le home-trainer installé au pied du bus de la Sky. Une gourde pour se désaltérer, après un rapide passage à l'intérieur, il fait sa récupération active. Comme toujours dans l'équipe britannique, rien n'est laissé au hasard. 

Lors de cette 14e étape, elle a laissé partir une échappée au long cours. Pas de concurrent pour le général, les Sky ont laissé faire pour finir à plus de 18 minutes du vainqueur. "Ca a été une étape plus tranquille pour nous", se réjouissait Froome à l'arrivée. "Nous sommes dans une fantastique position, avec G (Geraint, Ndlr) 1er et moi 2e. Cela nous laisse différentes options dans le final des étapes, comme on l'a vu aujourd'hui. Les gars ont encore fait un superbe travail en contrôlant la course."

Un rival: Tom Dumoulin

Dans le final, ils ont contrôlé l'attaque de Tom Dumoulin, avant de le contrer à deux. Finalement, en haut de l'ascension, le Néerlandais a rejoint Froome et Thomas pour finir avec eux sur la ligne. Les trois premiers du général groupés, une image qui pourrait être celle sur les Champs-Elysées le 29 juillet prochain. "Tom Dumoulin asseoit sa 3e place. Il est très fort et il est dangereux", estime Chris Froome. La Sky ne devrait pas connaître de grande crainte avant les étapes dans les Pyrénées.

De notre envoyé spécial