Tour de France 2018 : A Mende, les favoris se méfient du final

Publié le , modifié le

Auteur·e : Théo Dorangeon
tdf
Les baroudeurs vont pouvoir enfin se montrer pleinement. Ce samedi, la 12e étape offre aux coureurs une étape accidentée et jonchée de cols. Quatre au total dont l'arrivée. A Mende, en haut de la côté de la Croix neuve, le Tour a souvent connu plusieurs moments célèbres. |

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Une étape pour changer la face du Tour de France 2018. Ce samedi, la 14e étape entre Saint-Paul-Trois-Châteaux et Mende offre aux coureurs un parcours accidenté comportant quatre difficultés. Dont une à l'arrivée : la côte de la Croix Neuve. Lieu de plusieurs étapes devenues célèbres, ce col de deuxième catégorie pourrait jouer un grand rôle sur la suite de la course.

" On peut avoir quelques petits écarts entre les favoris". Christopher Froome le sait, l'étape de ce samedi peut devenir l'arbitre d'un Tour de France dominé par son équipe, la Sky. "L'arrivée ne sera pas facile. Il y aura peut-être des attaques. La dernière fois, je crois que c'était en 2015, et c'était un Anglais, Steve Cummings, qui s'était imposé", se remémore le Britannique. 

Lire aussi : Peter Sagan remporte la 13e étape au sprint

La mémoire du quadruple vainqueur du Tour de France ne se trompe pas. Quatorzième étape de la Grande Boucle 2015, Steve Cummings s'impose à Mende au terme d'un come-back ahurissant. Alors qu'une victoire française, avec soit Thibaut Pinot, soit Romain Bardet, semble se dessiner, le Britannique revient comme une balle pour coiffer les Français sur le poteau. Le duo tricolore avait pourtant fait exploser le peloton en attaquant mais le manque de coopération laisse Cummings l'emporter. 

Autre moment d'histoire dans la côte de la Croix Neuve : la 14e étape du Tour 1995. Dans la terrible ascension de 3 kilomètres à 10% de moyenne, Laurent Jalabert déposait ses adversaires d'un coup de pédale. Une accélération foudroyante pour une victoire bleu blanc rouge un jour de 14 juillet. Ce moment a forgé la carrière de l'actuel consultant à France Télévisions. 

Gratter du temps 

Alors ce samedi, la fameuse côte peut réserver de belles surprises dans un Tour assez fade. Les baroudeurs seront enfin mis en valeur dans ce parcours accidenté et jonché de cols. Une victoire d'étape est à prévoir parmi ce type de coureurs. Mais surtout, les favoris pourraient grappiller quelques secondes. "On aura de nouveau une bataille en haut du mur à Mende", confie Romain Bardet (AG2R La Mondial), cinquième à 3'07 de Geraint Thomas (Sky). Le maillot jaune se rappelle avec gaieté de Mende : "La dernière fois, je n'étais pas trop mal à Mende. Je me souviens que c'était une côte très difficile de trois kilomètres, un effort de dix minutes. Je le ferai à fond". 

Mikel Landa, coureur de la Movistar le mieux classé (6e à 3'13), attend également une étape mouvementée où chacun tentera sa chance : " La montée vers Mende est une arrivée difficile, d'autant plus que ce sera la 14e étape de la course. Il pourrait y avoir quelques surprises. Ça me convient donc j'espère pouvoir bien m'en sortir." Même son de cloche chez un autre leader bien placé au classement, Tom Dumoulin (Sunweb, 3e à 1'50) : "Si j'ai une opportunité demain (NDLR : ce samedi), je la saisirai. C'est une montée courte mais j'espère qu'il y aura des différences en ma faveur bien sûr. Je suis satisfait de ma condition."

Si l'Alpe d'Huez a réservé un contenu sportif de très haut niveau, la 14e étape pourrait jouer un rôle de décisionnaire. Surtout quand Christopher Froome annonce être d'attaque : "Ça me ferait plaisir de m'imposer mais ce n'est pas facile."