Tour de France 2018 : Greg Van Avermaet leader à toutes épreuves

Publié le , modifié le

Auteur·e : Xavier Richard
Greg Van Avermaet (BMC) encore en jaune
Greg Van Avermaet (BMC) encore en jaune | Philippe LOPEZ / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Peu à l’aise dans les cols, Greg Van Avermaet s’est pourtant offert une huitième jour en jaune.

Le jaune lui va si bien que Greg Van Avermaet n’a plus envie de quitter son beau maillot. De la plaine aux pavés, le Flandrien avait rayonné. Au départ d’Annecy, avec ses 43 secondes d’avance sur Geraint Thomas, le Belge n’avait que peu d’espoir de vivre un huitième jour dans la peau du leader du Tour. Les pavés ayant laissé Richie Porte sur le carreau et Tejay Van Garderen mal en point, les cartes ont été redistribuées chez BMC. Van Avermaet a alors été investi d’une nouvelle mission : sauver son maillot coûte que coûte. Au moins un jour de plus. Seule solution, prendre de l’avance sur les Sky avant que le rouleau-compresseur britannique ne se mette en route.

Plus libre sans Porte

Au premier coup de pétard, le belge a accompagné le mouvement. Long à la détente, le peloton des favoris a laissé courir, considérant que le maillot jaune n’était pas une menace sérieuse pour la victoire finale. « C’était la bonne tactique de se glisser dans l’échappée matinale, a expliqué GVA. On a pris pas mal d’avance et ça a suffi pour garder le maillot. » Une situation rendue possible par l’abandon de Porte. « Si Richie était encore avec nous, c’est clair que je ne serais jamais parti dans l’échappée, a ajouté le coureur de BMC. Maintenant, je suis plus libre de faire ce que je veux pour garder le maillot. » Au Grand-Bornand, le Belge avait même réussi à augmenter son avance sur Thomas (+1’42’’), Froome (+3’21’’) et Nibali (+3’27’’). Pour la suite, il ne se fait pas trop d’illusion. « Demain, ça sera encore plus difficile. Faire un jour comme ça c’est déjà beaucoup pour moi. » 

De notre envoyé spécial