Tour de France 2018 - Fortuneo-Samsic pas encore récompensée, mais toujours décidée

Publié le , modifié le

Auteur·e : Thierry Tazé-Bernard
Warren Barguil (Fortuneo-Samsic) aux avant-postes
Warren Barguil (Fortuneo-Samsic) aux avant-postes | AFP - Philippe LOPEZ

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Warren Barguil, l'un des principaux animateurs de la 11e étape du Tour de France qui arrivait à La Rosière, n'a pas levé les bras. 20e à 3'08 du vainqueur et nouveau maillot jaune, il a tenté sa chance. Son équipe Fortuneo-Samsic, déjà aux avant-postes hier, a vu la victoire s'envoler. Mais le meilleur grimpeur du Tour de France 2017 en a gardé sous la pédale. Avec des tactiques toujours plus offensives, le collectif breton aspire à gagner une étape. Peu-être à l'Alpe d'Huez...

Perdre du temps pour mieux se libérer de l’attention adverse. La tactique est connue. Encore faut-il la transformer en victoire. Chez Fortuneo-Samsic, le coup d’essai de mardi vers Le Grand-Bornand voulait se transformer en coup de maître mercredi vers La Rosière.

Deux tentatives en deux jours

Hier, Amaël Moinard et Elie Gesbert avaient été envoyés devant. « On imaginait que les Sky allaient plus jouer la victoire d’étape et que c’était donc important d’avoir des équipiers devant », expliquait Sébastien Hinault, l’un des directeurs sportifs de la formation bretonne. Trop courts, les deux hommes n’avaient pas résisté à Julian Alaphilippe (Quick-Step). Aujourd’hui, les deux équipiers ont rejoint leur leader, Warren Barguil. Il avait attaqué hier, en vain, repris par le peloton, mais a remis ça aujourd'hui. 

Plus libre que la veille car à 11’50 du maillot jaune. Sébastien Hinault annonçait que son équipe voulait « prendre un coup d’avance « , avec un objectif désormais clair : « On vise les étapes », scande le directeur sportif. Avec le groupe de tête jusqu’à la dernière ascension vers La Rosière, Barguil a ensuite craqué, sous l’accélération de Nieve, puis le retour des Sky. « C’est frustrant car dans l’échappée, beaucoup se sont cachés et ne se sont jamais livrés, comme Nieve », regrettait le coureur français.

"J'ai essayé de m'économiser"

« C’est dommage que ça se passe comme ça. Je me suis peut-être cramé en début d’étape quand on est sorti à 5. C’est le jeu. J’étais moins fort. » Il n’a pas pour autant mis toutes ses forces dans la bataille : « Quand j’ai vu que je n’avais pas les jambes, j’ai essayé de ne pas taper dedans pour les jours qui arrivent. Demain, on est encore dans les Alpes. C’est pour ça que quand j’ai vu que je n’y étais pas, j’ai essayé de m’économiser pour demain. J’ai vu que pas mal de favoris avaient coincé aujourd’hui. » Valverde a fini derrière lui, comme Fulgsang, Yates, Van Garderen...

Du coup, cela lui donne des idées. Car Fortuneo ne veut pas lâcher son objectif : gagner une étape. « On a montré qu’on avait une belle équipe. Je suis désolé de ne pas avoir concrétisé le travail de mes coéquipiers », disait Warren Barguil. Les hommes de Bretagne seront encore là demain, pour la terrible étape qui arrive à l’Alpe-d’Huez. Car ils ont de la suite dans les idées.

De notre envoyé spécial