Julian Alaphilippe

Tour de France 2018 : Et de deux pour Julian Alaphilippe !

Publié le , modifié le

Vainqueur au Grand-Bornand lors de la première étape de montagne, Julian Alaphilippe était passé à deux doigts de la victoire à Mende. Le Français en avait encore sous la pédale et signe sa deuxième victoire sur le Tour de France 2018 ce mardi à Bagnères-de-Luchon tout en consolidant son maillot à pois. Pas de changement au général parmi les favoris à la victoire finale.

Les tentatives d'échappée s'enchaînent et échouent inlassablement. Jamais plus de 20 secondes d'avance. Bien sûr, Warren Barguil tente encore sa chance et prend même 1 point au sommet de la Côte de Fanjeaux mais la Quick-Step de Julian Alaphilippe est sur ses gardes. Dans la deuxième côte de 4e catégorie, celle de Pamier, c'est Alaphilippe qui prend le point.

Alaphilippe contre Barguil, la guerre continue

Le peloton ne laisse rien filer, le rythme est effréné. A l'agonie, Tim Declercq abandonne. C'est après 100 km de course qu'un mini peloton se détache. 44 coureurs, rien que ça. Le mieux classé est l'ex-maillot jaune Greg van Avermaet (BMC) à 18'22'' du leader.

Derrière, Pierre Latour (AG2R La Mondiale) et Guillaume Martin (Wanty Groupe Gobert) partent en chasse-patate dans la bataille du meilleur jeune. Leur principal concurrent Egan Bernal (Sky) reste bien au chaud dans le peloton. De toute façon, le maillot blanc n'est pas son but. "Nous voulons faire gagner Thomas ou Froome. Le maillot blanc sera pour Latour ou Martin", avait-il précisé au départ de l'étape.

Les poursuivants font la jonction. De 44, l'échappée passe à 47. Philippe Gilbert (Quick-Step) s'échappe dans l'ascension du Col de Portet-d'Aspet, où il passe en premier, devant Alaphilippe puis Barguil. Mais le Belge, qui avait 1 minute d'avance, fait une chute très spectaculaire en pleine descente. Un soleil au dessus d'un mur, grosse inquiétude, mais vaillant, il fait signe que tout va bien et reprend place sur sa monture.

Robert Gesink (Lotto Jumbo) et Damiano Caruso (BMC) s'isolent dans le Col de Menté. Mais Alaphilippe, qui a lâché Barguil, fait parler la poudre et passe devant tout le monde au sommet. Il le veut son maillot à pois ! L'écart entre les deux coureurs passe de 22 à 33 points au classement de la montagne.

Les positions sont figées dans le top 10

Regroupement général au pied de la dernière ascension. Mais dans le Col du Portillon, à 13 km de l'arrivée et à 3 km du sommet, Adam Yates (Mitchelton Scott) place une accélération fatale au groupe et bascule en tête. Julian Alaphilippe est le seul à pouvoir suivre le Britannique et lance la chasse à l'homme. Yates chute dans un virage, le Français s'envole et décroche sa deuxième victoire sur le Tour de France. Gorka Izagirre (Bahrain Merida) et Adam Yates complètent le podium.

Dans le groupe des favoris, premier pétard mouillé pour Jakob Fuglsang (Astana). Puis c'est Mikel Landa (Movistar) qui veut prendre la course en main, mais rien n'y fait, les Sky contrôlent tout. Michal Kwiatkowski (Sky) fait la descente à bloc et ne laisse aucune fenêtre aux concurrents pour le général. Statu quo au classement général, seul Ilnur Zakarin (Katusha) perd du terrain.

L'étape interrompue par une manifestation

30 km après le départ donné à Carcassonne, une manifestation d'agriculteurs ariégeois a interrompu la couse. Ils protestaient contre un déclassement de la catégorie des zones défavorisées, susceptible de baisser sensiblement des aides financières à destinations des exploitations agricoles. 

Lire aussi : Une manifestation d'agriculteurs a interrompu pendant quelques minutes la 16e étape

Les manifestants avaient placé des bottes de paille sur la route. Les forces de l'ordre sont intervenues et ont eu recours à du gaz lacrymogène. Plusieurs coureurs ont été incommodés et ont dû mettre pied à terre pour recevoir des soins.