Nono Démare

Tour de France 2018 : Arnaud Démare prolonge son calvaire

Publié le , modifié le

Rapidement lâché par un peloton décidé à ne rien concéder aux échappés, Arnaud Démare a bataillé seul toute la journée pour rallier la ligne d'arrivée à Bagnères-de-Luchon dans les délais. Le sprinteur français, loin de son terrain de chasse, a fait le dos rond et a décroché son ticket pour la très montagneuse 17e étape. Là encore, il faudra rentrer dans les délais.

L'année dernière Arnaud Démare avait marqué le Tour en s'adjugeant la 4e étape au sprint à Vittel, avant d'arriver hors-délai lors de la 9e étape, entraînant dans sa chute trois coéquipiers mobilisés pour l'aider. Jacopo Guarnieri, Mickaël Delage et Ignatas Konovalovas n'avaient pas pu continuer le Tour.

La Groupama-FDJ de Marc Madiot a semble-t-il changé de stratégie. Cette fois, Démare s'est débrouillé tout seul pour rallier la ligne d'arrivée dans les délais. Il y est arrivé, avec 41'20'' certes, mais il y est arrivé et reste en course avec en ligne de mire deux victoires d'étape possibles : à Pau et sur les Champs.

"Je vais dire à ma chérie que je ne rentre pas ce soir, mais ce sera peut-être demain."

"Je ne sais pas si c'est vraiment une satisfaction. Le peloton allait trop vite pour moi. Si je dois le prendre humoristiquement, je vais dire à ma chérie que je ne rentre pas ce soir. Ce sera peut-être demain, on verra", a-t-il déclaré dans un sourire feint. Des propos beaucoup moins rassurants que ceux de Marc Madiot, son manager, qui a préféré jouer la carte de la quiétude.

"On a des moments de stress tous les jours. On sait dès le matin qu'on va avoir des moments difficiles. Que ce soit un garçon qui peut encore s'imposer ou un autre, c'est pareil pour toute l'équipe", a-t-il déclaré alors qu'il attendait encore l'arrivée de son coureur.

On remet ça demain

Mais Madiot est conscient qu'il sera très compliqué de conserver un Arnaud Démare en forme pour les étapes cochées en amont. "La récupération va être délicate demain avec l'étape de 65 km. Demain les délais seront inquiétants pour tout le monde. Il faudra avoir des jambes correctes dès le départ, être capable d'accrocher un gruppetto et se faire mal de toute façon", voilà le plan pour l'étape de ce mercredi.

Il faut dire que les sprinteurs sont passés en mode survie depuis la première étape de montagne. Gaviria, Groenewegen, Cavendish, Kittel, Greipel, tous ont déjà abandonné. Arnaud Démare, lui, a tenu bon et figure à la troisième place du classement des sprinteurs, ce qui est déjà une petite victoire. 

Propos recueillis par notre envoyé spécial Xavier Richard.