Julian Alaphilippe (Quick-Step)
Julian Alaphilippe (Quick-Step) | Philippe LOPEZ / AFP

Tour de France 2018 : Alaphilippe savoure, Thomas impressionne, que faut-il retenir de la deuxième semaine ?

Publié le , modifié le

Après l'étape des pavés qui a fait des dégâts pour conclure la première semaine de ce Tour de France 2018, la deuxième semaine a été marquée par le début des étapes de montagne. Dans les Alpes, la Sky s'est révélée intraitable, Julian Alaphilippe a enchanté le public français, pendant que les sprinteurs ont déchanté. Voici ce qu'il faut retenir de la deuxième semaine sur la Grande Boucle.

• Alaphilippe prend goût aux pois

Que d'émotions pour débuter la deuxième semaine de course chez Julian Alpahilippe. Après un premier week-end compliqué marqué par une chute, le puncheur français s'est révélé en tant que véritable grimpeur pour remporter la plus belle victoire de sa carrière au Grand-Bornand. Sa première sur le Tour de France. Très ému à l'arrivée, le leader de la formation Quick-Step a réalisé un grand numéro. Passant trois cols en tête, dont le plateau des Glières classé hors catégorie, il arrivera seul au sommet du col de la Colombière, à 14 kilomètres de l'arrivée. Alaphilippe a donc endossé le maillot de meilleur grimpeur, devenant le 50e Français de l'histoire à porter les pois rouges sur le Tour. Une tunique qu'il a su conserver toute la semaine et qu'il portera mardi au départ de Carcassonne, avec en tête le rêve de le ramener à Paris dimanche 29 juillet. 

• Sky trop fort 

Dans la lutte pour la victoire finale, les favoris étaient attendus dans les Alpes. Et quand la route s'est élevée, la Sky s'est montrée intraitable. Ce n'est pas le quadruple vainqueur du Tour, Christopher Froome, qui a impressionné, mais son coéquipier Geraint Thomas. Récent vainqueur du Critérium du Dauphiné, le Gallois a fait coup double au sommet de la Rosière. Dans la dernière ascension, Geraint Thomas a attaqué à 5 kilomètres de l'arrivée, déposant tous les favoris dont Christopher Froome. En remportant la 11e étape, Thomas a pris 20 secondes d'avance au général à Froome et Tom Dumoulin mais surtout plus d'une minute au reste des prétendants à la victoire finale dont Romain Bardet. Avec le maillot jaune sur les épaules, le lieutenant ambitieux de Chris Froome a montré qu'il était le plus fort dès le lendemain à l'Alpe d'Huez. Dans le dernier kilomètre, accompagné de Froome, Dumoulin et Bardet, Thomas a été le plus rapide pour remporter une deuxième étape consécutive et conforter son avance au classement général. 

A lire aussi : Pourquoi la Sky a raison de ne pas choisir entre Thomas et Froome

"Il faudra vraiment que je sois dans un mauvais jour pour lâcher le maillot jaune. Je continue la course jour après jour mais j'aimerais le garder aussi longtemps que possible. Ce qui arrive va être plus dur que tout ce que j'ai vécu jusqu'à présent. Mais ce maillot me booste. Je dois juste rester à mon niveau et pour ça, savoir que Chris est deuxième me permet de mieux appréhender la suite." a déclaré Thomas. Avec 1'39 minutes d'avance sur Christopher Froome, Geraint Thomas semble armé pour remporter la Grande Boucle et piquer au nez et à la barbe de son collègue, une cinquième victoire sur le Tour de France.

• Romain Bardet cale 

Cinquième à 3'21 minutes ! Voici la position de Romain Bardet au classement général après deux semaines de course. Une terrible contre performance pour le coureur Français, qui a pourtant attaqué en vain ses adversaires. Après avoir joué de malchance en première semaine, il n'a jamais pu distancer ses adversaires, porter des attaques tranchantes pour terminer devant ses concurrents. Le coureur d'AG2R devra livrer ses dernières forces dans les Pyrénées et espérer une défaillance chez ses adversaires. S'il veut encore croire à la victoire, le Français, moins performant sur le contre-la-montre, devrait reprendre environ 6 minutes aux coureurs de la Sky pour arriver au chrono de la 20e étape avec un minimum de 2 minutes d'avance. 

• Sagan, la vie en vert 

Les Alpes traversées sans accrocs, une troisième victoire d'étape et un 100e maillot vert ! Peter Sagan s'amuse sur ce Tour de France 2018. Au coude à coude avec Gaviria et Groenewegen lors des sprints massifs depuis le début du Tour, Sagan est maintenant seul. Les spécialistes de la vitesse ont mal digéré les étapes de montagne. Conséquence, Gaviria, Groenewegen, Cavendish, Greipel, Kittel, tous ont mis pied à terre laissant une voie royale à Sagan. Avec 452 points, le Slovaque a 282 unités d'avance sur Alexander Kristoff . Un matelas plus que confortable pour le quintuple vainqueur du maillot vert qui pourrait battre ses 470 point obtenus en 2016.