Warren Barguil
Warren Barguil (Sunweb) a remporté la 13e étape du Tour de France 2017, à Foix, le 14 juillet. | AFP

Tour de France 2018 - 14 juillet : A la recherche du jour de gloire pour les coureurs français

Publié le , modifié le

Dans l’histoire, ils sont 16 coureurs français à avoir décroché une étape du Tour de France lors d’un 14 juillet. Une victoire le jour de la Fête nationale qui a fait rentrer chacun d’eux dans une légende. Même pour un double vainqueur de la Grande Boucle, comme Bernard Thévenet, ses victoires en 1970 et 1975 lui sont souvent rappelées par le grand public. « Ca reste peut-être plus dans le souvenir des gens que dans le nôtre », dit-il avec le sourire.

Dans l’après-guerre, ils ne sont que 16 coureurs français à avoir remporté une étape un 14 juillet. Et ils ne sont que deux à l’avoir fait à deux reprises : Jacques Anquetil (1961 et 1964) et Bernard Thévenet (1970 et 1975), deux vainqueurs de la Grande Boucle. Lever les bras le jour de la Fête nationale, c’est particulier, même si Bernard Thévenet pondère :  "Au départ, on peut penser que c’est un 14 juillet, mais après on l’oublie. L’émotion de cette victoire ne vient pas forcément sur le coup, plutôt après." Le temps fait son œuvre : "On nous en parle les années d’après. J’ai bien fait de gagner ce jour-là (rires)."

Un supplément de motivation, mais...

Pour le double vainqueur (1975, 1977), ces deux succès de prestige ne s’expliquent pas uniquement par un "supplément de motivation" lié à cette journée. "En 1970, c’était ma première victoire d’étape, ce qui était merveilleux", se souvient-il en se remémorant son premier Tour. "Et en plus un 14 juillet, c'était la cerise sur le gâteau. Et après, c’était en 1975 dans la bagarre contre Merckx. C’était dans la montée de l’Izoard. Il fallait absolument que je fasse un grand coup. Le point principal était de lui reprendre du temps. L’avoir fait un 14 juillet a apporté un quelque chose en plus." Et Bernard Thévenet rappelle: "C’était les conditions de course qui l’imposaient. Quand on est grimpeur et que c’est une étape de plat, on a peu de chances de gagner." 

Démare encore attendu aujourd'hui

C’est exactement le cas de Maxime Bouet (Fortuneo-Samsic), plus à l’aise lorsque la route s’élève. "Je ne vais pas mentir en disant que cette étape est promise à un sprinteur. Ca aurait été une étape vallonnée, avec des cols, j’aurais sans doute été plus motivé. Là, c’est plat, sans vent." Et se lancer dans une aventure en solitaire sur un tel profil, cela peut être contre-productif : "S’échapper sur ce genre d’étapes, ce sont des efforts qu’on paye les jours suivants. On se doit de calculer ses coups de pédale pour des étapes qui conviennent vraiment. C’est le cyclisme actuel, qui se joue sur des détails."

Arnaud Démare, le sprinteur de Groupama-FDJ, parlait aussi de détails hier pour expliquer qu'il n'ait pas encore gagné d'étape sur ce Tour. Il sera l'une des chances tricolores sur la ligne d'arrivée à Amiens, près de chez lui.

Les 16 vainqueurs français un 14 juillet

2017 – Warren Barguil
2005 – David Moncoutié
2004 – Richard Virenque
1997 – Laurent Brochard
1995 – Laurent Jalabert
1989 – Vincent Barteau
1980 – Mariano Martinez
1975 – Bernard Thévenet
1971 - Bernard Labourdette
1970 – Bernard Thévenet
1969 – Raymond Delisle
1968 – Roger Pingeon
1964 – Jacques Anquetil
1961 – Jacques Anquetil
1957 – Jean Bourles
1954 – Jacques Vivier
1953 – Jean Robic
1949 – Emile Idée

De notre envoyé spécial