Romain Bardet avec son casque bleu-blanc-rouge
Romain Bardet avec son casque bleu-blanc-rouge | GUILLAUME HORCAJUELO/EPA/MaxPPP

Tour de France 2017 : Serré de près, Romain Bardet n’a pas aimé jouer la défense

Publié le , modifié le

Romain Bardet était un peu chafouin à l’arrivée de la 13e étape entre Saint-Girons et Foix. En cause l’attitude des autres favoris du Tour qui ont cadenassé la course.

La victoire à Peyragudes ne lui avait pas suffi. En ce jour de fête nationale, Romain Bardet avait encore des fourmis dans les jambes. Des jambes qu’il continuait de tourner après l’arrivée devant le bus AG2R-La Mondiale. A croire que son sprint de 101 bornes ne l’avait pas trop fatigué… L’Auvergnat avait surtout imaginé un autre scénario entre les leaders. Si le peloton a très vite explosé, l’explication des chefs n’a pas eu lieu. Au grand désespoir de Bardet, déçu de ce marquage au cuissard. « C’est dommage qu’il y ait des calculs d’apothicaires en deuxième semaine, il y a encore beaucoup de route. J’ai du mal à comprendre le comportement de certains coureurs. »

Mauvais calculs

En pétard Bardet qui n’apprécie pas de voir revenir de l’arrière d’autres prétendants au podium. « Les grands champions comme Contador, Quintana ont de l’orgueil et sont un peu revenus dans le match. Landa aussi. C’est dommage de faire revenir dans le match des coureurs qu’on avait réussi à distancer. J’espère qu’on ne se mordra pas les doigts à Paris. » Le 3e du général aurait bien aimé se faire la malle mais sa position ne lui laisse pas beaucoup d’ouverture. Et le final trop facile n’a pas aidé le leader d’AG2R-La Mondiale.

Aucun plaisir

« On a fait le maximum avec nos moyens. Avec 25 kilomètres de descente très roulant, deux Sky et un Art qui me marquait à la culotte, je ne pouvais rien faire, regrettait-il. J’ai juste essayé de limiter la casse. Je ne prends pas de plaisir à courir comme ça en défense. Mon truc c’est l’attaque mais à chaque fois j‘avais quelqu’un sur le porte-bagage. » Les Pyrénées dans le rétro du peloton, Bardet attend les Alpes avec impatience. Pour lui comme pour les autres ce sera la dernière occasion de faire la différence avant le contre-le-montre de Marseille. « On va rester attentif car les écarts sont resserrés. Ça va rendre la course encore plus palpitante la semaine prochaine. » D’ici là, il y aura un passage par Brioude, sa ville natale…