Primož Roglič s'impose en solitaire à Serre Chevalier
Primož Roglič s'impose en solitaire à Serre Chevalier | AFP

Tour de France 2017 : Roglic gagne la 17e étape, Froome conserve le maillot jaune

Publié le , modifié le

La montagne a (encore) accouché d’une souris. Alors que beaucoup d’observateurs attendaient un combat de titans entre les cadors du peloton, cette 17e étape a de nouveau montré la prédominance de l’équipe Sky et la mainmise de Chris Froome et ses coéquipiers sur la course.

Malgré une grande offensive d’Alberto Contador et quelques attaques de Romain Bardet, le triple vainqueur du Tour a bien géré son avantage avant l’ultime difficulté, jeudi entre Briançon et l’Izoard. Il a même repris un peu de temps sur Fabio Aru qui a souffert dans la Galibier (31 secondes). C’est le Slovène Primoz Roglic (Lotto-Soudal) qui s’est finalement extirpé du groupe (de tête) Contador pour s’offrir sa première victoire sur la Grande Boucle quelques secondes devant tous les favoris, Uran (2e) battant Froome et Bardet au sprint pour s'adjuger 10 précieuses secondes de bonifications. Au classement général, Froome possède désormais 27" d'avance sur Uran et Bardet. Cette 17e étape a été fatale à quelques coureurs dont le Thibaut Pinot et le maillot vert Marcel Kittel qui ont abandonné.

Matthews et De Gendt animent le début d’étape

L’étape n’a pas tardé à s’animer. Une trentaine de coureurs se sont échappés dès le bas du Col d’Ornon parmi lesquels Matthews, Pantano, Roche, Frank, Chaves, et quelques Français (Voeckler, Feillu, Gautier, Molard, Edet, Moinard, Gallopin, Périchon et Chavanel). Matthews est passé en tête devant De Gendt au sommet de cette première difficulté du jour afin de protéger le maillot à pois de son coéquipier de la formation Sunweb Warren Barguil, et également au premier sprint intermédiaire afin de réduire son écart à 9 points sur Marcel Kittel dans la lutte pour le maillot vert. Matthews et De Gendt ont poursuivi leur effort pour partir tous les deux en faussant compagnie à leur groupe d’origine.

Contador passe à l’offensive

Dès les premières pentes du le col de la Croix de Fer, Alberto Contador a placé une attaque, aussitôt suivi par Nairo Quintana. Ils ont pris 30 secondes d’avance sur le peloton maillot jaune composé des quatre premiers du classement général. Puis l’Espagnol, très en verve, a déposé le Colombien décidément décevant pour s’enfuir seul à la poursuite des échappées. La jonction a été faite à 114 km de l’arrivée. Devant, les deux hommes de tête (De Gendt et Matthews) comptaient alors près d’une minute trente d’avance sur le groupe échappé et quatre minutes d’avance sur le peloton maillot jaune. Dans ce groupe des 31, Contador retrouvait trois coéquipiers, Mollema, Pantano et Gogl.

Un duo en tête au sommet de la Croix de Fer

Devant, Navarro reprenait les deux hommes de tête juste avant que Matthews ne saute. Le duo De Gendt-Navarro passait en tête du sommet de la Croix de Fer avec 25 secondes d’avance sur le groupe des poursuivants emmené par Contador et ses gregari. A 89 kms de l’arrivée, les deux fuyards se faisaient reprendre par le groupe des poursuivants. Le groupe Contador pointait alors à plus de trois minutes devant le peloton. A 68 bornes de Serre-Chevalier, l’écart entre les 24 hommes du groupe de tête et le peloton comprenant Froome, Bardet, Aru et Uran restait aux alentours des 3 minutes trente.

La course se durcit, Contador contraint de changer de vélo

Malheureusement pour lui, à 10,7 km du sommet du col du Télégraphe, Contador était victime d’un incident mécanique qui lui faisait perdre une bonne trentaine de secondes, le temps de changer de vélo. Le Madrilène réintégrait le groupe de tête au prix d’un bel effort. Derrière, le groupe maillot jaune s’écrémait, ne comptant plus qu’une petite trentaine de coureurs. Mollema reprenait son effort pour Contador et certains coureurs dont Roche et Voeckler lâchaient irrémédiablement. L’écart avec le peloton montait à 3’45 à 57 km de l’arrivée. A 56 km de l’arrivée, le groupe de tête n’était plus composé que de 12 coureurs dont quatre Bleus (Feillu, Gallopin, Moinard, Gautier). Avec une avance de 4 minutes sur Chris Froome et Cie. Et Roglic (Lotto-Jumbo) passait en tête au sommet du Télégraphe, à 50,5 km de l’arrivée.

Quintana distancé, Bardet et Aru esseulés

Dès le début de l’ascension du Galibier, Nairo Quintana craquait totalement, ne pouvant suivre les meilleurs. Aru se retrouvait isolé tandis que Bardet ne pouvait plus compter que sur le seul Alexis Vuillermoz. Devant, après une accélération de Primoz Roglic, seuls Contador (Trek) et Pauwels (DDD) parvenaient à s’accrocher. Les trois hommes possédaient encore 3 minutes d’avance à 36 km de l’arrivée et à 8,5 km du sommet du Galibier. Mais le train Sky (Nieve, Landa, Kwiatkowski) s’était déjà mis en route pour réduire l’écart en imprimant un rythme soutenu à l’avant du groupe maillot jaune, empêchant les tentatives de fuite des outsiders.

Roglic porte son attaque dans le Galibier

Dan Martin tentait de s’échapper à 6,5 km du sommet mais il ne creusait pas un écart énorme. A l’avant, Roglic s’extirpait de son petit groupe pour prendre quelques hectomètres d’avance sur Contador et Cie. Le Slovène était clairement celui qui donnait la meilleure impression parmi les fuyards. Le groupe Froome, mené par Landa, était réduit à la portion congrue à 5 km du sommet (8 coureurs). Barguil attaquait pour prendre quelques secondes d’avance et conforter son maillot à pois. Voyant Landa coincer enfin, Bardet en profitait pour porter l’estocade à 4,5 km. Mais Froome, Landa Aru et Uran ne laissaient pas le Français s’enfuir. Cette accélération était fatale pour Barguil, repris rapidement. Puis c’était au tour de Martin de porter son effort, bref et violent. Froome prenait sa roue tout comme Bardet et Uran, mais Aru concédait quelques mètres avant de recoller au courage à deux bornes du sommet.

Roglic passe le Galibier en tête et conclut

Le Slovène avait fait le plus dur au sommet qu’il franchissait avec quelques secondes d’avance sur Atapuma et un peu plus sur le groupe maillot jaune au sein duquel Barguil consolidait son maillot jaune (3e). La descente s’amorçait pour les cadors. Une descente pas trop technique qui permettait à Aru de combler les quelques mètres lâchés sur la fin de l’ascension du Galibier. Roglic gardait une confortable avance (1’30) à 21 km de l’arrivée. Seule une chute -ou un incident mécanique- pouvait désormais priver le coureur Lotto-Jumbo d’un magnifique succès. Malgré les efforts du groupe Froome-Bardet-Landa-Uran-Barguil pour revenir, Roglic conservait une marge suffisante pour triompher à Serre-Chevalier. La première victoire d'un Slovène sur le Tour. Cette 17e étape a été fatale à quelques coureurs dont le Thibaut Pinot et le maillot vert Marcel Kittel qui ont abandonné.