Michael Matthews (Sunweb) s'impose au sprint à Romans-sur-Isère
Michael Matthews (Sunweb) s'impose au sprint à Romans-sur-Isère | YORICK JANSENS / BELGA MAG / BELGA

Tour de France 2017: la 16e étape pour Michael Matthews

Publié le , modifié le

L'Australien Michael Matthews (Sunweb) a remporté au sprint la 16e étape du Tour de France, disputée sur 165 km entre Le Puy-en-Velay et Romans-sur-Isère. Matthews a devancé le Norvégien Edvald Boasson Hagen (Dimension data) et l'Allemand John Degenkolb (Trek-Segafredo). Déjà vainqueur de la 14e étape, l'Australien a par ailleurs profité de la méforme de Marcel Kittel pour relancer la lutte pour le maillot vert. Au lendemain de la deuxième journée de repos, cette étape a été fatale à Philippe Gilbert et George Bennett, tous deux contraints à l'abandon.

Difficile de faire mieux pour Michael Matthews qui peut s'enorgueillir d'être le premier Australien à remporter plusieurs étapes sur le Tour, depuis Cadel Evans en 2007. Trois jours seulement après un premier succès à Rodez, l'Australien a donc de nouveau levé les bras, non sans avoir attendu la photo finish, devenue habituelle sur cette 104 édition. Cette fois encore, l'écart entre le coureur de la formation Sunweb et Boasson Hagen était relativement mince. Troisième, John Degenkolb (Trek-Segafredo) semblait de son côté relativement énervé par ce final, l'Allemand estimant avoir été gêné par Matthews qui s'est légèrement décalé sur sa droite. Si les commissaires de course estiment que l'Australien n'a pas commis d'erreur, celui-ci réaliserait une bien belle opération en revenant en outre à seulement 29 points de Marcel Kittel, pour le classement du maillot vert. Distancé et comptant jusqu'à huit minutes de retard sur le peloton, Kittel a perdu de précieux points... 

Le bon travail de Sunweb

Matthews a profité de l'excellent travail de son équipe durant une bonne partie de cette étape menée à plus de 45 km/h. Peu après le départ du Puy-en-Velay, le maillot vert qui se trouvait au sein d'un deuxième groupe, n'a pu revenir sur le peloton principal, alors que le Français Nacer Bouhanni, qui a contre-attaqué pour revenir, avec l'aide d'équipiers, avant d'arriver dans la vallée du Rhône. Dans le final très venté, sous une forte chaleur (33 degrés), l'équipe de Froome a provoqué plusieurs cassures, la principale à 15 kilomètres de l'arrivée. L'Irlandais Dan Martin et le Sud-Africain Louis Meintjes en ont été les principales victimes.

Froome garde la cap, Martin cale

Romain Bonte