Christopher Froome à l'assaut d'un 4e Tour de France
Christopher Froome à l'assaut d'un 4e Tour de France | Lionel BONAVENTURE / AFP

Tour de France 2017 : Il ne manque que la confiance à Chris Froome

Publié le , modifié le

S’il ne refuse pas l’étiquette de favori, Christopher Froome prédit une course très ouverte et voit en Richie Porte son plus grand adversaire sur la route d’un quatrième Tour de France.

A part la couleur du maillot, du noir au blanc, rien ne change pour Chris Froome qui vient de prolonger jusqu'en 2020 avec Sky. Son Tour, le Britannique l’imagine forcément doré à l’arrivée sur les Champs-Elysées. Il ne peut en être autrement quant on compte déjà trois victoires à son palmarès et qu’on roule dans les traces de Merckx, Hinault, Indurain et Anquetil. Gagner à nouveau ne sera pas simple mais le leader des Sky se sait au top de sa condition au départ de Düsseldorf. « J’ai déjà gagné trois fois le Tour. Je n’arrive pas au départ en me disant qu’il faut absolument gagner. Ce qui était important, c’était d’arriver ici dans la meilleure forme. »

Aucune victoire au compteur en 2017

Aucun doute, les jambes vont répondre. Pour la dynamique, c’est autre chose. Ce n’est pas l’excès de confiance qui risque de l’envoyer dans le mur. Froome est toujours dans l’attente d’un premier succès cette saison. Il ne s’en fait pas une montagne. « Je me suis servi du Dauphiné pour terminer ma préparation au Tour de France, explique-t-il pour justifier la domination de Richie Porte dans les Alpes à la mi-juin. Il en manquait un peu sur cette course mais j’arrive sur le Tour dans les conditions idéales pour essayer de m’imposer. »

"Une course ouverte"

L’Australien de BMC est à ses yeux « son plus sérieux rival » pour la victoire finale. « Pendant le Dauphiné, Richie Porte était très fort dans la montagne et sur le chrono où il a battu Tony Martin. » « Froomey » se méfie de son ancien coéquipier mais aussi du parcours qui devrait offrir davantage de suspense cette année. « C’est une course plus ouverte avec moins d’arrivées au sommet (3) et moins de kilomètres en contre-la-montre (36,5 km au total). » Mais pas moins d’occasions d’attaquer pour lui et ses challengers.

Le favori N.1 selon Bardet

« L’attentisme risque de ne pas payer, assure Romain Bardet, deuxième du Tour précédent. Traverser tous les massifs montagneux va créer des brèches plus tôt dans la course. » Avant de voir si ça se vérifie en course, le leader d’AG2R-La Mondiale ne se trompe pas d’ennemi. « Froome est le favori N.1 », lâche-t-il. « Il est en maîtrise totale et il est le meilleur prétendant pour renouveler son bail. Même s’il n’a rien gagné cette saison, ça serait une grosse erreur de le sous-estimer. »

Xavier Richard @littletwitman