Tour de France 2017 : Fabio Aru remporte l’étape, Christopher Froome s’empare du jaune

Tour de France 2017 : Fabio Aru remporte l’étape, Christopher Froome s’empare du jaune

Publié le , modifié le

Les choses sérieuses ont commencé. Et à ce petit jeu, c’est Fabio Aru (Astana) qui en est sorti le plus fort. Au terme des 160,5 km de cette étape terminée par l’ascension du premier col de catégorie 1 de ce Tour, la Planche des Belles Filles, et conclue par un « mur » de 20%, le champion d’Italie a su porter une ultime attaque laissant sur place les autres favoris de l’épreuve. Christopher Froome s’empare du maillot jaune avec 12 secondes d’avance sur son coéquipier Geraint Thomas et 14 sur Fabio Aru, qui endosse par la même occasion le maillot à pois. Arnaud Démare garde le maillot vert.

8 échappés, dont 3 Français

L’échappée ne se sera pas fait attendre. Dès le départ réel lancé, pas moins de huit coureurs ont pris les commandes de la course : Jan Bakelants (AG2R-La Mondiale), Edvald Boassen Hagen (Dimension-Data), Thomas De Gendt (Lotto-Soudal), Mickaël Delage (FDJ), Philippe Gilbert (Quick-Step Floors), Pierre-Luc Périchon (Fortuneo-Oscaro), Dylan Van Baarle (Cannondale-Drapac) et Thomas Voeckler (Direct-Energie). Ce dernier, à 38 ans, participe à son 15e et dernier Tour de France. Il aura passé 20 jours en jaune et gagné 4 étapes sur l’ensemble de sa carrière.

Mais ils ne seront jamais allés très loin. Après 50 kilomètres de course, le peloton contrôlait tranquillement l’écart, malgré les 47,8 km/h de moyenne sur la première heure de course. Mais grâce au travail des BMC, équipe de Richie Porte, ils n’auront jamais dépassé la barre des 3’40 d’avance. Il faut dire que si BMC a à ce point pris les choses en main, c’est parce que leur leader, qui avait perdu de précieuses secondes lors du contre-la-montre de Dusseldorf, faisait office de grand favori du jour. "On sait tous qu'il est en excellente forme, confirmait le maillot jaune Geraint Thomas. Et cette côte (la Planche des Belles Filles) lui convient très bien".

Démare reste en vert

Les points à prendre lors du sprint intermédiaire de Faucogney ont été glanés par Boasson Hagen (Dimension Data). Il devance Gilbert (Quick Step) et De Gendt (Lotto Soudal). Autant dire que le classement meilleur srpinteur n’en aura pas été chamboulé, même si Arnaud Démare a perdu 3 points sur son principal concurrent, Marcel Kittel.

Le Français de la FDJ, gardera sa tunique verte lors du départ de jeudi à Vesoul. A l’issue des sprints, l’échappée ne pointait plus qu’à 1’32 du peloton, alors que le premier col du jour allait être entamé.

Le calme avant la tempête

Lors de la montée de la Côte d’Esmoulières (catégorie 3), le Français Delage et le Belge De Gendt se sont montrés en difficulté, notamment à cause du rythme imposé par Thomas Voeckler. Le premier s’est d’ailleurs fait reprendre directement par le peloton, le second attendra la fin de la montée. Tout le contraire de Jan Bakelants (AG2R-La Mondiale), qui a distancé ses compagnons d’échappée pour marquer les 2 points du classement de meilleur grimpeur et pris la tête de la course en solitaire. Mais sa tentative sera vaine. Très rapidement, Bakelants était rattrapé par ses cinq poursuivants.

Avec 40 kilomètres à parcourir avant le pied de la Planche des Belles Filles, l’échappée possède alors 2’30 d’avance sur un peloton toujours mené par la formation BMC, tandis que les Sky se sont positionné juste derrière.

Direction La Planche des Belles Filles

Outre avoir vu la première victoire en carrière de Christopher Froome (Sky) sur le Tour de France en 2012, la Planche des Belles Filles constitue surtout le jardin de jeu du Français Thibaut Pinot. Le coureur de la FDJ vit dans le village de Mélisey, à seulement quelques kilomètres de là : « La Planche, je dois la grimper 10 fois par an… je ne sais même plus combien au total ! », déclarait-il avant l’étape. Pour sa troisième ascension sur les routes du Tour, il a pourtant été lâché dès le début de l’ascension et n’aura donc toujours pas réalisé son rêve. En 2012, il avait fini 15e de l'étape, mais cela reste son «meilleur souvenir» car le peloton était passé dans son village (Mélisey). « En 2014, j'avais été un peu déçu de faire deuxième, ajoute-t-il. Je n'avais pas osé suivre Nibali. J'avais manqué un peu de courage.» Toujours pas.

Juste avant l’ascension, à 12 km de l’arrivée, les 6 échappés (Bakelants, Boasson Hagen, Gilbert, Périchon, Van Baarle et Voeckler) comptaient 1’15 d’avance. Dans le même temps, le peloton se morcelle, toujours sous l’influence des BMC, renforcée par l’apport d’Astana et Sky à l’avant. Conséquence, de nombreux coureurs lâchent prise, à l’instar d’Arnaud Démarde et Nacer Bouhanni. Devant, les Belges Gilbert et Bakelants tentent de creuser l’écart en attaquant seuls, bien suivis par Voeckler Périchon et Boasson Hagen.

Une montée dominée par… Fabio Aru !

Au pied de l’ascension, le peloton, avec l’équipe Sky aux commandes, est sous la minute. C’est parti pour 5,9 km à 8,5% de dénivelé. L’écart diminue très vite pour passer à 30 secondes à km de l’arrivée mais non sans faire de dégâts, quasiment tous les leaders ont perdu nombre de leurs coéquipiers. A 4 km, Lilian Calmejane nargue les favoris en tentant une attaque en solitaire alors qu’il n’y a plus aucune échappée. Un homme fort va s'imposer en haut de La Planche des Belles Filles, reste à savoir qui.

A 3 km, le groupe maillot jaune est mené par 5 coureurs Sky, dont Froome et Thomas. Le scénario paraît idéal pour les deux leaders du général. Mais c’était sans compter le champion d’Italie et leader d’Astana, Fabio Aru, qui s’envole à 2,3 km du sommet.

Les grimpeurs que sont Froome, Bardet, Porte et Martin suivent le pas. Contador et Quintana sont distancés. Mais leurs efforts sont vains, aucun ne pourra rattraper le leader d’Astana. Fabio Aru l’emporte avec 16 secondes d’avance sur Daniel Martin (QuickStep) et 20 sur Christopher Froome. Richie Porte (BMC) est 4e tandis que Romain Bardet s’adjuge de la 5e place, à 4 secondes de Christopher Froome.

Le classement de l'étape​

1. Fabio Aru (ITA/AST) les 160,5 km en 3h44:06. (moyenne: 43,0 km/h)
2. Daniel Martin (EIR/QST) à 0:16.
3. Christopher Froome (GBR/SKY) 0:20.
4. Richie Porte (AUS/BMC) 0:20.
5. Romain Bardet (FRA/ALM) 0:24.
6. Simon Yates (GBR/ORI) 0:26.
7. Rigoberto Uran (COL/CAN) 0:26.
8. Alberto Contador (ESP/TRE) 0:26.
9. Nairo Quintana (COL/MOV) 0:34.
10. Geraint Thomas (GBR/SKY) 0:40.

Leo Anselmetti @LeoAnselmetti