Démare serre le poing après sa victoire à Vittel
Démare serre le poing après sa victoire à Vittel | YORICK JANSENS / BELGA MAG / BELGA

Tour de France 2017 : Enfin le gros lot pour Démare et Madiot !

Publié le , modifié le

Grand jour pour la FDJ et son patron Marc Madiot après la victoire d’Arnaud Démare à Vittel lors de la 4e étape du Tour de France 2017.

La victoire d’Arnaud Démare à Vittel ? Tout sauf de la chance. Même si le sprinteur de la FDJ domine son sujet cette saison, Marc Madiot n’a pas pu s’empêcher de croiser les doigts et cueillir des trèfles au cas où. Ce matin, il a longuement serré la main d’un grand gagnant du Loto. "J’avais besoin de ses bonnes ondes, raconte Madiot. Je lui ai demandé : « Il faut que vous me donniez de votre chance ». Il l’a fait. Il faut un peu de superstition, un peu de tout pour gagner. » Le reste, c’est Démarre qui s’en ait chargé. Dans son bus, le manager de la FDJ n’a rien raté du spectacle. Des encouragements pour son « Nono », des cris et un dernier hurlement quand son coureur a franchi la ligne d’arrivée en premier. Une victoire pleine de maîtrise que le patron décortique avec délectation. "J’ai eu peur qu’il se fasse enfermé mais il avait tout, le coup d’oeil et la force, explique-t-il. Il a pu se dégager. A 5-600 mètres on voit qu’il en a encore, qu’il peut en remettre. Il est euphorique". 

VIDEO : Madiot exulte après la victoire de Démare

Sprinteur et l​eader

Ce premier succès du Picard sur le Tour était programmé. "On sent qu’il est maître à bord, raconte Madiot. Plus solide. Plus en confiance. Milan-San Remo l’an dernier, c’était un peu une surprise. Là on était dans l’attente de quelque chose et dans l’affirmation de quelque chose. Ça change la donne." Démare ne faiblira pas, bien au contraire. Depuis janvier, il accumule confiance et bouquets. Dans l’équipe, sa place est bien celle d’un chef de meute, chef d’une bande de potes que le Picard a remercié un à un quelques mètres après avoir franchi la ligne à Vittel. "Il prend plus la parole dans les briefings, confirme Madiot. Aux championnats de France, après le brief de Martial Gayant, il s’est mis au-dessus de lui et il a conforté la stratégie qui était mise en place. Pour le reste de l’équipe c’est important."

Déjà un bon Tour pour la FDJ

La mayonnaise a pris autour de lui et c’est tout un groupe qui lui apporte ce petit plus qui fait les grands sprinteurs. "Au Dauphiné il marchait déjà fort, reprend Madiot. On essaie de construire un groupe pour le sprint, pour les classiques car il le mérite. A 25 ans il a déjà un superbe palmarès. Il est sérieux et appliqué. Il faut faire ce qu’il faut autour pour que ça se passe bien." Pour la FDJ, c’est déjà le jackpot après seulement quatre jours de course. "Une victoire d’étape c’est important, admet le boss de l’équipe. Le Tour on sait tous que c’est le sommet de la saison, peut-être même un peu trop, mais pour nous c’est quasi indispensable. L’an dernier on a fait un mauvais Tour. On ne voulait pas en faire un deuxième. Là on sait qu’avec cette victoire, il ne sera pas mauvais." Et qui sait si d’autres victoires ne sont pas à venir avec un beau maillot vert à Paris ?