Elie Gesbert et Yoann Offredo, échappés sur le Tour
Elie Gesbert et Yoann Offredo, échappés sur le Tour | PHILIPPE LOPEZ / AFP

Tour de France 2017 : A leur manière, ils ont marqué le Tour

Publié le , modifié le

Ils n'ont pas eu les honneurs du podium mais Thomas De Gendt, Yoann Offredo, Elie Gesbert et Luke Rowe ont contribué au succès du Tour et de Chris Froome.

​Thomas De Gendt et ses 1000 bornes

Infatigable rouleur. Attaquant de l’impossible. Thomas De Gendt a collectionné les journées et les kilomètres à l’avant du Tour de France. Dans la plaine, le coureur de Lotto-Soudal a souvent montré le maillot au point d’avoir pointé 1047 km échappé, un record pour cette 104e édition. Super échappé le Belge mais pas super-combatif. Le jury a décidé de donner cette récompense à Warren Barguil, déjà vainqueur de deux étapes et du classement de la montagne. C’était la deuxième année que De Gendt figurait dans la short-list des combatifs.

Yoa​nn Offredo et sa petite annonce

L’annonce n’est pas parue dans le journal mais dans le vélo club. Une bouteille à la mer lancée par Yoann Offredo après une longue échappée à deux sans aucun espoir de réussite. Le coureur de l'équipe belge Wanty-Groupe Gobert en avait marre de ces scénario écrits à l’avance, de ce fatalisme qui brise les jambes des audacieux. « Je suis étonné du manque d'initiative, d'attaques de certaines équipes. Je suis agacé pour le téléspectateur qui attend avec impatience le mois de juillet et le Tour de France, même si je me doute qu'il s'est régalé le week-end dernier. » S’il est difficile d’enrayer le retour d’un peloton sans pitié, on résiste mieux à huit qu’à deux. C’est pour cela que le rafraîchissant Offredo, néophyte sur le Tour à 30 ans, a proposé une sortie groupée… « Je lance donc un appel à la télévision. Si des coureurs sont intéressés à me rejoindre dans l'échappée, je serai disponible à 9h00 au bus des Wanty. » L’appel n’a pas été suivi…

VIDEO : Le coup de gueule d'Offredo :

L’insouciance d’Eli​e Gesbert

Il avait beau avoir les yeux grands ouverts, Elie Gesbert a croqué à pleines dents dans son premier Tour de France, « une course à part qu’il faut vivre ». Impressionné par la foule au bord des routes et le rythme des étapes, le benjamin du Tour, formé au VCP Loudéac n’est pas resté dans son coin. Pas avare en efforts, le coureur de Fortuneo-Oscaro a passé 437 km dans des échappées. « Je suis content de mon Tour, je n’ai aucun regret, nous a-t-il confié. Le Tour, c’est comme des classiques avec un final où ça roule très vite. »

Luke Rowe, de​​rnier et premier

Chez Sky, il y a deux coureurs aux antipodes. Chris Froome, vainqueur de son quatrième Tour de France, et Luke Rowe, 167e et bon dernier. C’est même un gouffre qui les sépare : 4h35’52’’. Et pourtant, le Gallois est un des maillons de l’équipe britannique. Il a lui aussi son petit bout de maillot jaune. Pas en montagne où Rowe est à la peine mais dans la plaine. La lanterne rouge est l’un de ceux qui font le tempo à l’avant du peloton et qui régule l’écart avec les échappés. Un rouage essentiel autour des Landa, Henao, Nieve ou encore Kwiatkowski. Le Polonais était lui un équipier de luxe. Vainqueur de Milan-San Remo cette saison et ancien champion du monde, Kwiatkowski a donné tout ce qu’il avait pour Froome dans les cols. Admirable dans l’Izoard, il s’est sacrifié en produisant un effort violent de plusieurs minutes avant de stopper sa course et mettre pied à terre, exsangue. Samedi, il avait récupéré pour faire 2e du chrono de Marseille.

Xavier Richard @littletwitman