Mark Cavendish embrasse on maillot jaune
La joie de Mark Cavendish embrassant son maillot jaune | JEFF PACHOUD / AFP

Tour de France 2016: la revanche de Mark Cavendish premier maillot jaune

Publié le , modifié le

L’histoire est magnifique. Deux ans après sa terrible chute à Harrogate, lors d'une première étape chez lui en Grande-Bretagne, alors que le maillot jaune lui était promis, Mark Cavendish s’est offert une superbe revanche à Utah Beach. Entre Saint-Lô et Cherbourg dimanche, le Britannique portera le premier maillot jaune de sa carrière.

« Yesssssss ! » Le cri de Mark Cavendish a déchiré les tympans de tous les journalistes qui l’entouraient et attendaient sa première réaction après sa victoire. Dans cette éruption de bonheur transpirait évidemment la joie mais aussi et surtout le sentiment d’avoir pris une revanche sur le destin. « Le maillot jaune est le plus beau que l’on puisse porter, s’est-il exclamé au micro de Francetvsport. Je suis tellement heureux. Vous savez ce que le Tour de France signifie pour moi ». Quand on sait que ce coureur a été champion du monde (en 2011), et s'est donc habillé du maillot arc-en-ciel, on comprend le pouvoir d’attraction dont dispose le maillot jaune sur ces héros de la route.

Le drame d'Harrogate​

Le destin de Mark Cavendish était de se présenter, ceint du maillot jaune, face à Kate Middleton et le Prince William sur la deuxième étape du Tour 2014. Las, sur le bitume d’Harrogate, dans le Yorkshire, Cavendish avait vu sa clavicule fracturée et ses espoirs envolés sur chute. Ces images d’un Cavendish en pleurs sur le sol britannique ont fait le tour du monde. Meurtri dans sa chair, le Britannique l’était aussi dans sa tête. Son histoire a d’ailleurs changé ce jour-là. Roi des sprints, le « Cav’ » devenait peu à peu moins fort que les Kittel, Kristoff ou Greipel dans les mois suivants. Au point que Patrick Lefévère (Etixx-Quick Step), qui avait cru en lui deux ans plus tôt en le recrutant, l’a laissé partir pour faire venir Marcel Kittel, la nouvelle terreur des sprints.

Loin des paillettes de la Sky ou de Etixx-Quick Step, ses deux anciennes maisons, c’est dans un équipe sud-africaine, Dimension Data, que Cavendish a trouvé refuge. Une formation qui aujourd’hui doit se féliciter de son choix. A voir les assistants sauter et crier dans tous les sens au pied de leur bus, on comprend que Dimension Data ne s’attendait pas à être à pareille fête si tôt dans la Grande Boucle. Pour une organisation qui grimpe petit à petit dans la hiérarchie mondiale, le maillot jaune obtenu par Cavendish est une formidable publicité. Et pour Cavendish, une revanche sur le passé. Après le podium, c'est accompagné de sa femme et de ses deux filles qu'il répondait à Gérard Holtz sur France2. Rarement a-t-on vu un coureur aussi heureux d'avoir remporté une étape du Tour de France !

A une victoire d'Hinault​

Car si l’on citait Cavendish dans les outsiders entre le Mont-Saint-Michel et Utah Beach, on voyait plus facilement Greipel ou Kittel en vainqueur. En criant sa joie, Cavendish n’y pensait sans doute pas mais ce samedi, il est revenu à une unité seulement de Bernard Hinault au nombre de victoires sur le Tour de France (27 contre 28). Si certains l’avaient oublié depuis deux ans, Mark Cavendish a, autrefois, littéralement régné sur les sprints du Tour de France. A Utah Beach, il n’a fait que reprendre l’histoire là où il l’avait arrêtée. Dans cette Normandie qui a si bien accueilli le Tour de France, il a aussi sans doute atteint le rêve d'une carrière qui, à 31 ans, est loin d'être terminée. 

Christophe Gaudot @ChrisGaudot