Tour de France - 16e étape : Lennard Kämna vainqueur en solitaire à Villard-de-Lans

Publié le , modifié le

Auteur·e : Adrien Hemard
Lennard Kämna vainqueur de la 16e étape du Tour de France 2020
Lennard Kämna vainqueur de la 16e étape du Tour de France 2020 | AFP- Stuart Franklin

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Après une dernière journée de repos, le Tour de France 2020 est reparti dans les Alpes pour sa dernière ligne droite. Comme prévu entre la Tour-du-Pin et Villard-de-Lans, on a assisté à une explication à l’issue d’une grande échappée, tandis que les favoris restaient bien au chaud avant l’étape de demain. Devant, c’est le jeune Lennard Kämna qui a profité des attaques répétées pour finir seul à Villard-de-Lans, sa première victoire sur le Tour, à 24 ans. Il offre la première victoire sur ce Tour à sa formation Bora, très active depuis le début de la Grande Boucle. Derrière, pas de changement au général, avec Roglic, en jaune, qui a marqué son dauphin Pogacar.

Enfin une victoire pour l’équipe Bora-Hansgrohe. Après plus de deux semaines sur le Tour de France 2020, l’équipe allemande de Peter Sagan commençait à s’impatienter, alors que son leader slovaque n’apparaît pas au mieux de sa forme, et a peut-être dit au revoir au maillot vert. Plutôt que Peter Sagan donc, place à Lennard Kämna : jeune Allemand de 24 ans, bon grimpeur et sacré rouleur. Un cocktail qui lui a permis de quitter l’échappée dans les 15 derniers kilomètres pour arriver en solitaire à Villard-de-Lans. Costaud. Arrivé un quart d'heure plus tard entouré des favoris, le maillot jaune Primoz Roglic (Jumbo-Visma) a passé une journée tranquille, marquant jusqu'au bout son compatriote Tadej Pogacar (UAE Team Emirates), qui a bien tenté d'accélérer dans les derniers mètres de la journée sans parvenir à dérocher le leader du général.

Du beau monde dans l'échappée

A la veille de l’étape la plus dure du Tour de France 2020, les prétendants à l’échappée étaient nombreux entre la Tour-du-Pin et Villard-de-Lans, motivés par le profil du jour : escarpé, montagneux, mais plutôt taillé pour les baroudeurs que pour les purs grimpeurs. Logiquement, le sprinteur Caleb Ewan (Lotto-Soudal) n’en faisait pas partie, et était même décroché avant le départ réel. Un départ suivi d’une flopée d’attaques, qui ont abouti à une première échappée de 35 coureurs dont Lennard Kämna (Bora-Hansgrohe), Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), Marc Hirschi (Sunweb) et Richard Carapaz (Ineos-Grenadiers). Mais la côte de Virieu (4e catégorie) à peine passée, le groupe était déjà repris.

Pas de quoi calmer les ardeurs des assaillants du jour, à l’image de Richard Carapaz. Le vainqueur du Giro 2019 repartait à l’attaque à 139 km de l’arrivée. Quelques kilomètres plus tard, un groupe de 15 hommes s’était dessiné, le peloton laissait filer : Barguil (Arkéa Samsic), Carapaz (Ineos Grenadiers), Verona (Movistar), Reichenbach (Groupama-FDJ), Alaphilippe (Deceuninck - Quick-Step), Kämna (Bora-Hansgrohe), Pacher (B&B Hotels - Vital Concept), Bettiol (EF Pro Cycling), Roche (Sunweb), Anacona (Arkéa Samsic), Trentin (CCC Team), Amador (Ineos Grenadiers), Erviti (Movistar), Jensen (Mitchelton-Scott) et Oss (Bora-Hansgrohe).

à voir aussi Tour de France : aucun coureur testé positif au coronavirus, le peloton repart sereinement Tour de France : aucun coureur testé positif au coronavirus, le peloton repart sereinement

Après le sprint intermédiaire remporté par Trentin, qui se rapproche ainsi de Sagan et Bennett, le col de Porte (2e catégorie, 7,4 km, 6,8 %) pointait le bout de son nez. Mais il n’a eu aucune conséquence si ce n’est qu’au pied, l’échappée comptait 3’36 d’avance, contre 9 minutes au sommet. Même constat dans la difficulté suivante, la côte de Revel, qui permettait aussi à l'échappée d'accentuer son avance. A noter que c’est Pierre Rolland, revenu dans l'échappée via un groupe de contre, qui est passé en tête à chaque fois, confirmant son intérêt pour le maillot à pois. 

Kämna dépose Carapaz

Mais de toute ces difficultés, c’est la montée de Saint-Nizier-du-Moucherotte qui était attendue. Et c’est elle qui a dynamité la course. Après une attaque de Quentin Pacher, c’est Richard Carapaz qui a fait éclater ce qu’il restait du groupe. A 2km du sommet, le vainqueur du dernier Giro écartait tout le monde sauf Julian Alaphilippe, Lennard Kämna et Stefan Reichenbach. Impressionnant, l’Equatorien se faisait toutefois surprendre par Kämna juste avant le sommet, et voyait l’Allemand de la Bora s’envoler dans la descente. A 12 km de l’arrivée, Kämna avait creusé une avance de 34 secondes.

Brillant sur le critérium du Dauphiné, où il avait remporté la 4e étape, Lennard Kämna prenait enfin la lumière dans ce Tour après avoir beaucoup travaillé pour Peter Sagan et sa quête du maillot vert. Cette fois, rien ne se dressait entre l’Allemand et la victoire d’étape, pas même Richard Carapaz, incapable de revenir sur lui, et bientôt relégué à plus d’une minute. Pas étonnant quand on connaît les qualités de rouleur de Kämna, champion du monde junior du contre-la-montre en 2014. A toute allure, le jeune Allemand de la Bora-Hansgrohe filait vers sa première victoire d’étape dans le Tour de France, à Villard-de-Lans. Une première étape, avant de viser le général un jour ?