Soupçons de dopage sur le Tour de France : "L'enquête ne vise ni l'équipe, ni son staff", assure le manager d'Arkéa-Samsic Emmanuel Hubert

Publié le , modifié le

Auteur·e : France tv sport
Emmanuel Hubert, en 2016
Emmanuel Hubert, en 2016 | MaxPPP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Alors que deux gardes à vue étaient en cours lundi après la découverte d'une "méthode pouvant être qualifiée de dopante" dans le cadre d'une enquête préliminaire visant "une petite partie des coureurs" d'Arkéa-Samsic pendant le Tour de France, le manageur général de l'équipe Emmanuel Hubert précise que ladite enquête "ne vise ni l'équipe, ni son staff".

Emmanuel Hubert ne se défile pas. Après avoir confirmé dans la matinée "qu'une perquisition a bien eu lieu la semaine dernière" dans l'hôtel de son équipe Arkéa-Samsic, le manageur général de la formation française tient à préciser que celle-ci "n’a concerné qu’un nombre très limité de coureurs, ainsi que leur entourage proche, non salarié de l’équipe." Cette annonce intervient au lendemain de la fin du Tour de France 2020, et alors que le parquet de Marseille a révélé que deux gardes à vue étaient en cours ce lundi dans le cadre de l'ouverture d'une enquête préliminaire pour des soupçons de dopage.

La précision est d'importance car certaines rumeurs faisaient part de l'implication de membres de l'encadrement de son équipe. "L’équipe, son manager général ainsi que son staff, actuellement cités dans les médias ne sont absolument pas mis en cause et en conséquence ne sont tenus informés d’aucun élément de près ou de loin, relatif au déroulement de l’enquête, qui je le rappelle ne vise ni l’équipe, ni son staff directement", indique le dirigeant dans un communiqué.

à voir aussi Tour de France : une enquête ouverte sur des soupçons de dopage vise "une petite partie" de l'équipe Arkéa-Samsic, deux gardes à vue Tour de France : une enquête ouverte sur des soupçons de dopage vise "une petite partie" de l'équipe Arkéa-Samsic, deux gardes à vue

Emmanuel Hubert précise en outre qu'en cas de faits de dopage avérés, ce qui n'est pour le moment pas le cas, "l’équipe se désolidariserait immédiatement de tels actes et prendrait sans attendre les mesures qui s’imposent pour mettre fin aux liens pouvant les unir avec des méthodes inacceptables et toujours combattues." Il rappelle également que l'équipe est membre du mouvement pour un cyclisme crédible (MPCC) et "a toujours au cours de ces 20 dernières années démontré son attachement à l’éthique et pris position en faveur de la lutte contre le dopage."

France tv sport francetvsport