RUI COSTA
Rui Costa, au départ de l'étape. | MATHILDE L'AZOU

Rui Costa, le top 10 à Paris passe par Huy

Publié le , modifié le

Rui Alberto Costa est un homme à qui le Tour réussit. Déjà vainqueur de trois étapes par le passé, l'ancien champion du monde est à surveiller sur l'arrivée du jour, au sommet du Mur de Huy.

Liserés arc-en-ciel sur son maillot de champion du Portugal, Rui Alberto Costa n'a de tape-à-l'oeil que les couleurs vertes, blanches et rouges de son vêtement. La pression médiatique et le brouhaha constant des supporters, il ne le subit pas, le reléguant bien volontiers aux « Quatre Fantastiques » (Froome, Nibali, Quintana, Contador). La discrétion, le coureur de la Lampre connaît, mais pourtant il a une fâcheuse tendance depuis quelques années à avoir son pic de forme en juin-juillet, comme le prouvent les dernières statistiques.

Rui Costa est un homme du Tour. Vainqueur d'étape en 2011 et 2013, la Grande Boucle lui réussit. Le Mur de Huy, il ne l'a grimpé qu'une foi s: cette année, lors de la Flèche Wallonne (28e). Mais la conquête du Tour de France passe aussi par un bon final aujourd'hui. Ce n'est pas spécifiquement cette arrivée, pourtant difficile (1,3 kilomètre de montée à 9,6%), qui inquiète le plus l'ancien champion du monde : « Je vois au jour le jour sur ce Tour. C'est une première semaine très compliquée, le plus important est de la passer sans encombres. Mais je pense que le final va être très rapide, il va falloir être explosif ».

Objectif : le top 10 à Paris​


Le Portugais est le leader de la formation Lampre-Merida. L'an passé, la Grande Boucle ne s'était pas passée comme prévu pour le coureur qui était alors fraîchement débarqué de Movistar. Rui Costa avait dû quitter le Tour au bout de quinze jours. Aujourd'hui, il part avec l'objectif de réaliser un top 10 au classement général. Et cette performance passe par le Mur de Huy. Le coureur de 28 ans est en forme, puisqu'il a été sacré champion du Portugal la semaine passée. Quelques jours auparavant, c'est sur le podium final du Dauphiné (3e du général), que Rui Costa prouvait ses bonnes jambes. Pourtant, il tient à rester prudent quand on évoque ses sensations du moment : « Oui, je me sens bien au départ du Tour de France, et je vais faire de mon mieux. Il y aura des jours où je serai bien, en forme, d'autres où les jambes ne répondront pas. »  Rui Costa est un homme du Tour, mais aussi un coureur qui n'est pas du style à prévoir les choses à l'avance : « Je dis souvent que demain est un autre jour ». Sauf que Huy, c'est aujourd'hui et pour espérer le top 10 à Paris, il faudra au moins terminer avec les meilleurs.