Romain Bardet TDF15
Le coureur français Romain Bardet (AG2R) s'est imposé en solitaire à Saint-Jean-de-Maurienne | AFP - JEFF PACHOUD

Romain Bardet, la résurrection

Publié le , modifié le

Romain Bardet a remporté en solitaire la 18e étape du Tour de France entre Gap et Saint-Jean-de-Maurienne. Parti dans les premiers mètres de la descente du col du Glandon qu'il a franchi en tête, le français s'est offert une chevauchée solitaire de 40 kilomètres pour s'offrir la plus grande victoire de sa carrière après plusieurs jours compliqués sur ce Tour 2015 . Une étape qui porte le sceau des coureurs français, puisque Pierre Rolland finit deuxième. Peu ou pas inquiété, Chris Froome conserve le maillot jaune.

À étape inédite, vainqueur inédit. Cette 18e étape entre Gap et Saint-Jean-de-Maurienne marquait le passage des coureurs pour la première fois dans les lacets de Montvernier. 17 lacets à flanc de montagne, où le vertige n’est pas permis. Secteur reconnu plusieurs fois par l’équipe AG2R avant le Tour, Romain Bardet n’arrivait donc pas en terrain inconnu. Seul, après avoir lâché ses coéquipiers d’échappée, il s’est élancé tête baissée vers sa première victoire sur le Tour de France, porté par un public acquis sa cause.

Purito voulait le m​aillot

Une pure étape alpestre ! Voilà ce qui attendait les coureurs. Une ascension dès le début d'étape, quasi aucun mètre de plat jusqu'à l'arrivée, sept cols répertoriés sur la journée dont le Glandon en hors-catégorie avant un final en léger faux-plat montant. Une étape prometteuse. Les Europcar l’avaient bien compris et partaient dès le kilomètre 1 à quatre coureurs, sous l’impulsion de Pierre Rolland. Une échappée rejointe par une vingtaine d'autres coureurs dont Romain Bardet, Thibaut Pinot et… Joaquim Rodriguez.

Porteur depuis six étapes du maillot du meilleur grimpeur, Purito devait sentir un certain goût d’inachevé. En effet, s’il porte ce maillot, c’est uniquement car il est le dauphin de Christopher Froome, qui, portant déjà le maillot jaune, ne peut également se parer de la liquette à pois. Quatre cols plus tard et quatre passages en tête au sommet, Purito botte Chris Froome de la plus haute marche du classement de la montagne. Avant de devoir, une heure et demie plus tard, partager son trône avec Romain Bardet. 

Le numéro de Bardet

Il était attendu de tous les amateurs, scruté par les observateurs. Et il n’a pas déçu. Le col de Glandon devait décider en partie du sort de cette étape. Romain Bardet le savait et a scellé son destin dans ces 21 kilomètres d'ascension. D’abord lâché dans les premiers hectomètres, le coureur AG2R a réussi à revenir sur la tête de course à l’énergie, contrairement à son compatriote Thibaut Pinot. Présent dans l’échappée, le leader de la FDJ n’avait pas les jambes pour pouvoir disputer la victoire d’étape.

Les jambes, lui, il les avait. Parti à un kilomètre du sommet en compagnie de Winner Anacoda, il franchit en tête le col de Glandon où il rejoint notamment Fausto Coppi ou Richard Virenque qui ont eux aussi franchi ce col en tête sur une étape du Tour de France. Puis une descente à 200%, un domaine dans lequel il excelle, où le coureur français n’hésite pas à prendre tous les risques pour creuser l’écart sur ses poursuivants, où figurent toujours les deux Europcar Pierre Rolland et Cyril Gautier. Un écart de 40 secondes que Bardet ne lâchera pas, même en solitaire dans les terribles lacets de Montvernier, même sous la pression de Pierre Rolland, parti en chasse-patate derrière le coureur AG2R et qui termine deuxième de cette étape. Aujourd’hui, Bardet était au-dessus de la mêlée et s’offre une victoire de prestige, sa première sur le Tour de France. Ce superbe succès le fait donc revenir à hauteur de Joaquim Rodriguez au classement de la montagne, mais marque également son retour dans le Top 10 au général (10e), où il supplante Warren Barguil en tant que premier français au général.

Froome ne lâche (toujours) rien

Le Glandon devait également être le théâtre d’une explication entre les leaders et les favoris. Tous ont tenté : Contador, aux côtés du français Warren Barguil, semblait être le seul capable d'aller défier Chris Froome dans la montée du seul col hors-catégorie de cette étape. Dans la roue du français de la team Giant-Alpecin, l'Espagnol a tenté. Mais en vain. Vincenzo Nibali et Nairo Quintana ont eux aussi tenté de lancer quelques banderilles.  Mais Froome semble imbattable sur ce Tour. Quand ce n’est pas lui qui se charge de revenir sur ses rivaux, c’est Geraint Thomas, son fidèle équipier, qui ramène le groupe maillot jaune. Résultat : statu quo au général. Chris Froome reste leader devant Nairo Quintana (3’10") et Alejandro Valverde (4’09"). Avant les deux dernières étapes de montagne, Chris Froome est plus proche que jamais d'ajouter un deuxième Tour de France à son palmarès.

Loin de cette bataille de leaders, Romain Bardet peut lui profiter. Rapidement distancé au général, malade dans les Pyrénées, il peut enfin savourer un moment de bonheur sur ce Tour de France 2015. Et rejoindre son coéquipier Alexis Vuillermoz au palmarès des français vainqueurs d'étape sur cette 102e Grande Boucle de l'histoire. 

Mathieu Aellen