Joaquim Rodriguez
Joaquim Rodriguez | Francetvsport

Rodriguez s'impose à Huy au terme d'une étape mouvementée

Publié le , modifié le

Joaquim Rodriguez (Katusha) a remporté lundi à Huy la 3e étape du Tour de France. Une étape exclusivement en terre belge, perturbée par une chute majuscule dans laquelle ont été pris une vingtaine de coureurs, ce qui a considérablement changé la donne. Le final fut évidemment comme prévu assez ardu à aborder, avec le duel entre Rodriguez et Christopher Froome, 2e de l'étape et désormais nouveau maillot jaune au détriment de Cancellara, largué dans un deuxième groupe. Quelques autres prétendants ont aussi perdu des points à l'image de Thibaut Pinot qui a lâché plus d'une minute trente.

Chutes en cascade

Outre cette victoire, le fait marquant de cette étape a été l’énorme chute survenue au 107e kilomètre. Cette chute d'une grande violence, survenue dans une ligne droite, a  concerné une bonne vingtaine de coureurs lancés à pleine vitesse. C’est le Français William Bonnet, dont la roue avant a, a priori, touché le vélo devant lui, qui est parti en glissade entraînant plusieurs autres concurrents avec lui, tombant les uns après les autres comme des quilles au bowling. William Bonnet mais aussi le Néerlandais Tom Dumoulin, et l'Australien Simon Gerrans ont été contraints à l'abandon. D'autres coureurs ont été également touchés (Matthews, Oss, Ten Dam, Henderson et  Vansummeren notamment) mais ont poursuivi la course. Tous ont repris place dans le peloton qui a été très vite arrêté par les officiels.

Car, après cette chute, Christian Prudhomme a d’abord décidé de neutraliser la course (pour la 5e fois dans l’histoire) ; d’abord de façon un peu imprécise avec une première relance au bout de trois kilomètres, puis une course quasi arrêtée, durant dix kilomètres, au total, avec au passage la première difficulté qui fut pour le coup totalement escamotée.  

Ce qui a un peu faussé la stratégie de course. D’ailleurs, dans ce contexte, évidemment quelques coureurs, notamment ceux de l’équipe Sky, se sont étonnés de cette neutralisation, considérant à juste titre que les chutes faisaient partie de la course, sauf à vouloir attendre le maillot jaune Fabian Cancellara, pris dans le tourbillon. D’autres estimaient au contraire qu’il  s’agissait là d’une bonne décision.

Froome déjà en jaune, la déception de Pinot

Toujours est-il que, après cet incident, la course a mis un peu de temps à reprendre son rythme et à se réorganiser. L’équipe Astana a d’abord donné un premier coup de semonce pour faire bouger un peloton fragilisé, qui devenait de plus en plus étiré. L’étape était partie classiquement, avec notamment une échappée de quatre hommes, parmi lesquels le Tchèque Jan Barta, déjà à l’attaque la veille. Mais à l’approche des difficultés, les équipes de favoris sont venues éteindre leurs velléités avec sans doute une stratégie à mettre en place… Mais la chute a modifié la course, notamment en remettant les compteurs à zéro, avec une cinquantaine de kilomètres à couvrir, et quelques ascensions exigeantes avec le fameux mur de Huy.

Quelques coureurs réputés grimpeurs ont calé dans ces difficultés, à commencer par Thibaut Pinot que l'on pensait capable tout de même de gérer ce type de montée, Pierre Rolland et Romain Bardet perdant aussi une grosse poignée de secondes. 

Christopher Froome a lancé la première salve, avec Contador dans sa roue, mais c'est un autre Espagnol, Joachim Rodriguez qui s'est montré le plus fort au sommet du Mur de Huy devant Froome et le Français Vuillermoz. Un autre Français, Tony Gallopin, en verve depuis le début du Tour, a pris la 5e place de l'étape. Il est désormais 4e au classement général.

Christian Grégoire