Richie Porte et Vincenzo Nibali
L'Australien Richie Porte devant le maillot jaune Vincenzo Nibali | AFP - BELGA MAG - ERIC LALMAND

Richie Porte face au test de Chamrousse

Publié le , modifié le

Deuxième du classement général et devenu de fait leader de l'équipe Sky depuis l'abandon de Christopher Froome, Richie Porte va passer un grand test lors de la 13e étape et cette arrivée à Chamrousse. Très fort en contre-la-montre mais excellent aussi en montagne où il est traditionnellement utilisé par Fromme pour durcir la course, l'Australien doit se montrer à la hauteur de Vincenzo Nibali. Il en a le talent.

Il n'a pas fait grand bruit pour le moment. C'est une habitude lorsqu'il est le "garde du corps" de Chris Froome. L'abandon de son leader l'a propulsé à sa place, et cette première arrivée dans l'Isère peut le mettre en pleine lumière. "On l'a vu monter d'un cran". Ces mots sont ceux de Geraint Thomas, l'un des hommes de la Sky. Fidèle premier lieutenant du vainqueur du Tour 2013, l'Australien a rapidement endossé cette nouvelle charge. "Les  cinq premiers jours, il attendait de faire son boulot dans les montagnes pour 'Froomey' mais quand 'Froomey' est parti et qu'il est devenu numéro un, il a  passé un cap dans l'agressivité, si c'était encore possible", ajoute le Britannique.

Richie Porte ne le cache pas, c'est un impatient: "Bradley (Wiggins) avait sa manière de faire les choses, un peu réservée.  Chris a sa manière, plutôt décontractée. Moi quand je veux quelque chose, je le  veux tout de suite", assume-t-il. Cela se traduit sur la route par une volonté de s'imposer, comme le raconte Geraint Thomas: "Quand on arrive  en haut d'un col, que tout le monde veut être devant pour attaquer la descente  en tête, il fait savoir qu'il est là. Il crie, il parle, il joue des coudes.  C'est une bonne agressivité à voir".

Des opportunités à saisir

Après avoir beaucoup travaillé pour tenter de revenir sur Vincenzo Nibali (Astana) lors de l'arrivée à la Planche des Belles Filles lundi, pour finir à la 7e place à 25" de l'Italien, l'Australien en a tiré des satisfactions: "Ca fait du bien de voir que c'est moi qui prends la course en main, qui prends les responsabilités." Aujourd'hui, il va vivre un nouveau test. L'étape entre Saint-Etienne et Chamrousse, longue de 197.5km, passe par un col de 1e catégorie (col de Palaquit) avant de finir par l'ultime ascension sur Chamrousse, avec une moyenne de 7.3%. C'est une première bataille majeure dans les Alpes. "Il faut attaquer Nibali, être agressif", assène-t-il de manière générale. "Il y a des opportunités chaque jour si tu restes devant. Tout le monde peut avoir un 'jour sans' à un moment et on y est prêt." Malade en début de saison, il a retrouvé la forme "depuis un mois" et veut en profiter. Son talent en contre-la-montre lui donne un avantage sur ses rivaux. A condition d'être à la hauteur en montagne.

En embuscade à 2'23 du maillot jaune, Richie Porte sait que les prochains jours sont cruciaux pour lui. "Le Tour est la plus grande des opportunités.  Mentalement, je sais ce que j'attends de cette course et c'est plus facile de  monter sur le vélo, de rouler et de rester concentré jusqu'au bout", explique-t-il, annonçant déjà que l'étape de samedi avec l'arrivée à Risoul esr "une ascension qu'(il) connait bien". Il a en tout cas la confiance de l'équipe Sky: "C'est un joli plan B", sourit Dave Brailsford, le manageur de l'équipe. "C'est une grande opportunité qu'il a saisie à deux mains jusqu'à présent. On espère que ça va continuer."

Vidéo : Porte décroché dans la montée vers Chamrousse

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze