ADAM HANSEN JOUR DE REPOS
Les coureurs peuvent également tester de nouveaux moyens de locomotion... | MATHILDE L'AZOU

Que font les coureurs pendant leur jour de repos ?

Publié le , modifié le

C'est la deuxième journée de repos sur le Tour. La dernière, avant d'attaquer les Alpes. Puis, ce sera les Champs, et la fin de cette édition 2015. Au programme pour le peloton : petite sortie d'entraînement et surtout, de la récupération.

« D'habitude, je ne fais que dormir pendant les jours de repos », avoue Luis Angle Maté (Cofidis). Sauf que demain, ce sont les Alpes qui attendent le peloton du Tour. Un programme pas très réjouissant pour les non-grimpeurs, qui vont devoir tout de même aller s'entraîner un peu. Entre une heure et une heure et demie, histoire de ne pas perdre le rythme. L'Espagnol au maillot rouge compte « aller monter un col, en vue de demain ». Avant de rentrer à l'hôtel, et de plonger à nouveau sous la couette.

Les journées de repos sont également l'occasion pour les coureurs de recevoir des visites de leurs familles. Certaines, comme les proches de Thomas Voeckler, mais aussi de Warren Barguil, ont traversé la France pour pouvoir suivre « leur » coureur sur quelques étapes, mais surtout passer ce jour important dans un Grand Tour, en leur compagnie. Ces visites procurent bien souvent une motivation supplémentaire avant de s'attaquer aux derniers cols de ce Tour.

Difficile étape, j'ai réussi à intégrer la bonne échappée mais toujours diminué par la maladie et les antibios. Pas pu...Posted by Thomas Voeckler on lundi 20 juillet 2015

Difficile étape, j'ai réussi à intégrer la bonne échappée mais toujours diminué par la maladie et les antibios. Pas pu...

Posted by Thomas Voeckler on lundi 20 juillet 2015

Difficile étape, j'ai réussi à intégrer la bonne échappée mais toujours diminué par la maladie et les antibios. Pas pu...

La priorité est forcément la récupération. Pierrick Fédrigo, de Bretagne Séché-Environnement, résume parfaitement sa journée : « On essaie de faire un peu la grasse matinée, avant d'aller faire un petit tour de vélo avec les copains. Ensuite on voit la famille si elle est là, on fait une sieste… Puis on se fait masser, on va voir l'osthéopathe, et voilà. Tout est basé sur la relaxation ».

Ce type de journée procure au peloton ses dernières forces avant de remonter sur Paris. Mais elle passe aussi très vite. Le lendemain, à cette même heure, il sera à nouveau temps de ressortir le vélo. Et pas pour une heure, ni pour récupérer, cette fois-ci.