Mark Cavendish
Mark Cavendish devant le bus d'Omega Pharma-Quick Step le soir de la 1ere étape du Tour 2014, après sa chute | DE WAELE TIM / TDWSPORT SARL / DPPI MEDIA

Pour Etixx-Quick Step, les étapes passent avant le général

Publié le , modifié le

L'équipe Etixx – Quick Step n'a pas dans ses rangs de prétendants à la victoire finale. Et pourtant, la formation Belge est l'une des plus redoutables sur ce Tour de France 2015. A suivre de très près.

Ils sont arrivés tous ensemble au Plaza d'Utrecht, vêtus de leurs polos bleus marine. L'écusson « Etixx » floqué sur le coeur. Les neuf coureurs de la formation Etixx – Quick Step sont rôdés à l'exercice de la conférence de presse. Et pour cause, les stars du peloton, ce sont eux. Que ce soit avec Michal Kwiatkowski, le champion du monde, ou Mark Cavendish et Tony Martin, l'équipe belge a de quoi briller sur le Tour.

Kwiatkowski, un champion du monde à surveiller de près

Michal Kwiatkwoski sera à surveiller en première semaine (MATHILDE L'AZOU)

Le classement général ? « Pas pour nous », rétorque Michal Kwiatkowski. L'homme à l'arc-en-ciel est l'une des principales armes d'Etixx – Quick Step. La première semaine, pleine d'embûches et de côtes à son goût, devrait lui convenir. Le jeune homme est également nommé parmi les outsiders pour le contre-la-montre de demain, face à…. son coéquipier, Tony Martin. Kwiatkowski avoue lui-même ne pas se sentir comme un favori : « Le circuit n'est pas trop technique, et je pourrai seulement rivaliser avec les autres comme Dumoulin si je suis à 100 % de mes capacités. J'ai fait une grosse première partie de saison, et n'étais pas en très bonne condition au Tour de Suisse, ainsi qu'au championnat. »

Martin et Cavendish, abonnés aux victoires d'étape

Tony Martin, multiple champion du monde de l'effort solitaire, est donc la carte principale d'Etixx pour demain. Le coureur allemand, qui devrait faire parler au cours de ces trois prochaines semaines sa puissance inégalable, s'avouait « satisfait du parcours, qui n'est ni trop long, ni trop court », avant d'évoquer « les autres favoris, comme Brandle, Cancellara ou Dennis, qui ne sont pas à oublier ».

Mark Cavendish sera bien sûr attendu sur les sprints de ce Tour de France. Avec 25 victoires d'étapes, il est actuellement troisième dans la liste des coureurs qui ont le plus de fois levé les bras sur la Grande Boucle, derrière Hinault (28 victoires) et Merckx (34). Encore trois et voilà que le Britannique dépassera le Blaireau. Une performance qui n'avait pas l'air de préoccuper plus que cela l'ancien champion du monde : « Je ne suis pas sur le Tour pour essayer de battre Hinault ». Surtout que le coureur anglais reste sur une image négative du Tour. L'an passé, alors que la première étape arrivait devant la maison de sa mère, il avait chuté dans les derniers hectomètres du jour. Devant ainsi abandonner tout rêve de victoire à domicile, mais aussi tout espoir de continuer la Grande Boucle. Le "Cav'", toujours serein en conférence de presse, n'en demeure pas moins revanchard.

Stybar et Uran également en première ligne

Szdenek Stybar pose avec la mascotte d'Utrecht. (MATHILDE L'AZOU)

Rigoberto Uran et Szdenek Stybar sront également à surveiller. Le coureur colombien, qui a participé au dernier Giro d'Italie, souhaite « aider l'équipe dans la première semaine, avant de voir au jour le jour ». L'étape des pavés pourrait plaire à Stybar, qui vient du monde du cyclo-cross.

C'est une équipe dangereuse qui a regagné son hôtel cet après-midi. Faite pour tous les terrains que propose ce Tour 2015, la formation belge reste l'une des meilleures au niveau des engagés.  La marque « Etixx » floquée sur le coeur, les neuf hommes de Patrice Lefévère comptent bien briller sur les routes du Tour de France. Sans pour autant viser le général, en se concentrant donc, sur les victoires du jour.