Andrew Talansky
Andrew Talansky est tombé dans le final de la 8e étape du Tour de France, à Nancy | DE WAELE TIM / TDWSPORT SARL / DPPI MEDIA

Plus de peur que de mal pour Talansky et Van Garderen

Publié le , modifié le

Victimes de chutes vendredi, Andrew Talansky (Garmin-Sharp) et Tejay Van Garderen (BMC), deux des plus sérieux outsiders du Tour 2014, vont bien avant d’entamer les Vosges ce samedi.

Les nouvelles sont rassurantes pour les deux Américains. "Tejay va bien", assurait Jim Ochowicz, le manager général de BMC, avant le départ de la huitième étape ce samedi. "Il a quelque plaies au genou, mais cela fait partie du vélo. Même s’il est à trois minutes (3’14, ndlr), notre objectif reste le même : une bonne place au général. Si cet écart avec Nibali est maintenu, je suis convaincu qu’il peut terminer deuxième du Tour".

Tombé dans les derniers kilomètres avant l’arrivée à Nancy, suite à un contact avec un coureur de la Movistar, Van Garderen s’en est mieux sorti que son coéquipier Darwin Atapuma, qui devait l’épauler en montagne. Le Colombien souffre d’une fracture du fémur et a dû jeter l’éponge. "Une énorme perte", pour Ochowicz.

Talansky remonté... et critiqué

Plus spectaculaire encore, la chute d’Andrew Talansky a elle été sans grosse conséquence. Le leader de la Garmin, vainqueur du dernier Critérium du Dauphiné, est lourdement tombé dans le sprint final, après avoir heurté Simon Gerrans devant lui. Furieux contre l’Australien, Talansky semble pourtant bien fautif, détournant plusieurs fois le regard sans véritable raison. Indemne (Cavendish a eu beaucoup moins de chance) mais forcément touché psychologiquement... et cible de nombreuses critiques, dont celle de Robbie McEwen, 12 fois vainqueur sur le Tour. "Quelle chute stupide, aucune raison de regarder autour de lui", a-t-il écrit sur Twitter.