Pinot Thibaut TDF
Thibaut Pinot compte bien briller sur l'édition 2015 du Tour de France. Un Tour qu'il estime à sa portée. | LIONEL BONAVENTURE / AFP

Pinot : "Un Tour à ma portée"

Publié le , modifié le

Thibaut Pinot, troisième du Tour de France 2014, a découvert le parcours de la prochaine édition. Un parcours qu'il juge "taillé pour les grimpeurs", qui le favorise donc. Le coureur de la formation FDJ espère bien évidemment être au niveau de Froome, Nibali, Contador ou Quintana.

Thibaut Pinot, que pensez-vous du parcours ?
Thibaut Pinot : "C’est un très beau parcours qui nous attend, avec beaucoup de pièges pendant la première semaine. Il y a beaucoup d’étapes-clés comme celle des pavés, deux autres qui seront très difficiles dans les Pyrénées, et puis l’Alpe d’Huez la veille des Champs-Elysées. La première semaine sera bien dense. Il faudra faire attention tous les jours. Oui, elle sera vraiment très compliquée. Ce Tour de France est divisé en deux, avec une première semaine un peu compliquée avec le vent, les pavés et des risques de chutes. Et puis il y a une deuxième partie vraiment pour grimpeurs. Mais on n’est jamais à l’abri d’un incident. Il va falloir être bien dès le début mais il faut faire attention de garder l’énergie pour une troisième semaine qui s'annonce assez copieuse. C'est un Tour à ma portée."

Au programme, beaucoup de cols, et quelques nouveautés...
TP : "Oui, je connais le Montvernier. On l’a fait en stage. C’est un petit col assez sympa. C’est sûr que le tracé est montagneux. Pour les grimpeurs, ce genre de parcours est presque idéal. Nous, les Français, allons essayer de faire aussi bien que l’an dernier mais tous les Tours de France ne se ressemblent pas."

C'est un parcours qui vous convient donc. Vous considérez-vous comme un favori ?
TP : "Je ne suis pas favori, je suis encore loin des quatre plus forts (Quintana, Contador, Froome et Nibali ndlr). Je me situe juste derrière eux. Et j’espère encore progresser pour pouvoir les titiller.
La première semaine va être encore plus piégeuse que d’habitude. Il faudra éviter les cassures. Tout dépendra du temps sur les pavés. Il faudra être placé. On part presque à armes égales, avec les grands coureurs de chronos donc c’est un énorme avantage pour nous, purs grimpeurs. On grappille un peu moins de trois minutes, ce qui va resserrer le classement."

Que pensez-vous du contre-la-montre par équipes, lors de la neuvième étape, Vannes-Plumelec ?
TP : "C’est un peu tard. Il y aura déjà des équipes avec un ou deux coureurs en moins. Je pense que ça va être plus dur à gérer. Il faudra espérer être au complet du côté de la FDJ. "

Allez-vous modifier votre préparation pour la prochaine saison ? Pourriez-vous vous retrouver sur le Giro également ?
TP : "Je trouve que cette année je suis arrivé à 100% de ma forme sur le Tour, donc je ne vais rien changer à ma préparation. On peut doubler Giro et Tour, mais je pense qu'on ne peut pas être sur les deux à 100%. Une fois qu’on a fait le Giro, on est plus fatigués que les autres au départ de la Grande Boucle, ce qui est un désavantage. Pourtant ces deux Tours sont assez humains cette année. D'ailleurs, les coureurs qui aiment les chronos devraient plus favoriser le Tour d'Italie cette année. Je pense qu’il y a beaucoup de coureurs qui vont le doubler, mais a priori je ne ferai pas partie de ceux-là. "

Christophe Gaudot @ChrisGaudot