Philippe Mauduit
Philippe Mauduit, directeur sportif de l'équipe Tinkoff-Saxo | Nicolas Bouvy - MAXPPP

Philippe Mauduit: "l'équipe a su rebondir"

Publié le , modifié le

La deuxième victoire de l'équipe Tinkoff-Saxo a fini de libérer un groupe qui a traversé quelques jours d'incertitudes, et qui a dû digérer l'abandon de son leader et grandissime favori Alberto Contador. Pour le directeur sportif Philippe Mauduit, c'est avant tout une réussite des coureurs eux-mêmes qui ont su se relancer malgré l'adversité.

Ce n’est pas le Tour dont on rêvait. Mais d’un autre côté, les coureurs ont montré que, depuis l’abandon d’Alberto Contador, ils avaient été capables de rebondir. Ils ont montré leurs qualités morales et physiques. Aujourd’hui c’est juste la récompense de tout le travail qu’ils ont accompli pour préparer ce Tour, pour arriver dans les meilleures dispositions. C’est la concrétisation de ce qu’ils auraient pu faire avec Alberto, mais ils le font à titre individuel. Ils en sont récompensés, et c’est très bien pour eux".

Les coureurs ont apporté des solutions

Pour Philippe Mauduit, les coureurs se sont pris en mains pour se fixer de nouvelles priorités. "Dans un premier temps, il a fallu les laisser faire, entre guillemets, leur "deuil", accepter de devoir abandonner leur leader. Il a fallu rester tranquilles, les laisser vivre ça eux-mêmes. Et puis on a eu une journée de repos qui nous a permis, après un entraînement en commun, de se retrouver à une terrasse de café et de faire le point. De se mettre tous d’accord. De poser les choses sur la table et de discuter. On a questionné les coureurs, on les a laissés parler, ils se sont exprimés, ils ont apporté des solutions. Il n’y a rien de magique. C’est comme ça que ça fonctionne. S’il avait fallu les aider, bien sûr on les aurait aidés. Mais c’est plus fort quand ça vient d’eux, parce que ce sont eux qui étaient là, qui ont décidé, ce sont eux les champions, ce sont eux qui font les efforts, et quand ils font des choix comme celui qu’ils ont fait, il n’y a plus à pousser, il y a juste des plans à mettre en place. Il y a juste à dire "aujourd’hui on se concentre sur toi, l’équipe est à ton service, et demain on se concentrera sur un autre", en fonction de l’état de forme, en fonction de la récupération, en fonction des étapes; chaque jour on a un ou deux leaders pour l’équipe et on avance. Et on va essayer d’avancer jusqu’à Paris comme ça".

Vidéo : Rogers l'emporte à Bagnères-de-Luchon

Christian Grégoire