Jean-Christophe Péraud (AG2R La Mondiale)
Jean-Christophe Péraud (AG2R La Mondiale) | AFP

Péraud, leader confirmé et équipier modèle

Publié le , modifié le

Deuxième de l’édition 2014, Jean-Christophe Péraud (38 ans) aborde la Grande Boucle 2015 sans réelle certitude sur son état de forme. Même s’il se dit "au même niveau que l’an dernier", le coureur d’AG2R La Mondiale a connu un début de saison trop laborieux pour rêver à haute voix d’un nouveau podium. Surtout qu’il pourrait être amené à se mettre au service de Romain Bardet (24 ans). Sans le moindre état d'âme.

L’hiver a été rude. Mouvementé. Trop de sollicitations. "Je n’ai malheureusement pas pu trop faire le vide", confiait Jean-Christophe Péraud à France 3 Bourgogne en février. A l’époque, le coureur de l’équipe AG2R La Mondiale "n'envisageait pas de gagner le Tour de France 2015".

Depuis, celui qui avait fini deuxième de l’édition 2014 a remonté la pente. Il s’est adjugé, sur le fil, le Critérium international. Et il a retrouvé quelques sensations. Au point de rêver d’un nouveau podium sur le Grande Boucle ? Pas si vite. Jeudi dernier, il a jeté l'éponge dans le contre-la-montre du championnat de France, à Chantonnay. "J'ai pété les plombs, a-t-il admis deux jours plus tard, dans les colonnes de L'Equipe. Depuis le mois de mai, j'avais décidé de repartir de zéro et j'y croyais vraiment. Ça n'allait pas bien, mais je croyais que ça pouvait repartir."

Un régime qui tarde à porter ses fruits

Sauf que le dernier Dauphiné n’a pas gommé tous ses doutes. Cette mini-répétition du Tour, il l’a conclue à la 31e place. A 41’21 de Chris Froome, le vainqueur. Quand son jeune coéquipier Romain Bardet n’a concédé que 2’05 au Britannique, pour finir 6e. Comme lors de la dernière Grande Boucle.

Sur les routes du Dauphiné, Vincent Lavenu, le manager d’AG2R La Mondiale, a vu "du grand Romain Bardet". Jean-Christophe Péraud ? "Il faut qu’il travaille encore mais on sait que c’est un garçon qui est capable de revenir très vite." Pour y parvenir, il est allé jusqu'à se pencher dans le contenu de son assiette. Jusqu'à s'astreindre à un régime sans gluten, sur les recommandations de Vincent Lavenu

Le tweet de Jean-Christophe Péraud

Mais son retour en forme tarde à venir. Alors l’ancien médaillé olympique de VTT "se pose des questions". Il "avoue avoir pensé" à "tirer un trait sur le Tour". Il ne l'a pas fait. "Par devoir envers (son) équipe". 

Péraud-Bardet, "aucune bataille d'ego"

Reste cette interrogation : partagera-t-il le leadership de sa formation avec Bardet ? Son cadet n’a pas ce genre d’états d’âme. Dans l'entretien qu'il nous a accordé, il assure que "Jean-Christophe sera le leader numéro un". "Et il est légitime pour l’être. L’an passé, on a essayé de créer une rivalité entre nous. Avec lui, il n’y aucune bataille d’ego. Notre association a fait ses preuves. C’est une grande chance de pouvoir s’appuyer sur un binôme qui fonctionne aussi bien."

"Nous sommes complémentaires, souligne Jicé, qui a soufflé ses 38 bougies le 22 mai. Romain est plus sur l'attaque. Moi, plus sur la défense. On est capables de se sacrifier l'un pour l'autre." En attendant, le natif de Toulouse a suffisamment d’expérience pour ne pas tirer de conclusions hâtives avant l’heure. "La vérité de juin n'est pas celle de juillet", disait-il en février. Quatre mois plus tard, le discours semble plus résigné. "Si les choses ne se passent pas comme en 2014, je suis bien sûr dévoué à l'équipe."

VIDÉO : Péraud et Bardet se testent dans les Alpes (Tout Le Sport)