Jean-Christophe Péraud (AG2R - La Mondiale)
Jean-Christophe Péraud (AG2R - La Mondiale) | AFP PHOTO / LIONEL BONAVENTURE

Péraud ne se cache plus

Publié le , modifié le

A l'arrivée vendredi à Bergerac, Jean-Christophe Péraud était déjà passé à autre chose. Dans son équipe AG2R, on se montrait à la fois soulagé de constater que le leader n'avait pas subi de casse dans la chute survenue à 3 km de la ligne, et impatient d'être déjà à samedi, dans le contre-la-montre sélectif de 54 km entre Bergerac et Périgueux, qui pourrait lui permettre de monter sur la 2e marche du podium.

C'est que du côté de Vincent Lavenu et Julien Jurdie, on n'a pas oublié la mésaventure survenue l'année dernière, lorsque Jean-Christophe Péraud fut contraint à quitter la course, après avoir chuté deux fois dans la 17e étape, un contre-la-montre entre Chorges et Embrun. D'abord lors de la reconnaissance matinale puis l'après-midi en course, avec pour conséquence une fracture de la  clavicule qui le laissait sur le carreau, alors qu'il pouvait prétendre logiquement à terminer dans les dix premiers. 

Une chance à saisir

A 37 ans, Péraud peut réussir le plus beau résultat de sa carrière. Désormais, il l'avoue : "maintenant, je suis trop près de cette performance pour ne pas y penser vraiment... ". Celui qui fut champion de France du chrono en 2009 alors qu'il n'était encore qu'amateur, ne peut désormais plus se cacher. Après de longues années pendant lesquelles il a préféré briller en VTT et finir ses études d'ingénieur avant de se concentrer sur la route, c'est grâce à sa discipline de prédilection que l'occasion lui est donnée d'entrer dans l'histoire du Tour de France. 

Neuvième lors de son premier tour en 2011, il n'a guère ensuite connu la réussite. Particulièrement bien préparé pour ce Tour, il n'a pas laissé passer sa chance d'accrocher une place d'honneur. Parfois en difficulté, il a su faire preuve d'une volonté à toute épreuve et d'un moral d'acier pour ne pas céder. Surtout depuis qu'il a découvert au fil des jours qu'il pouvait faire jeu égal avec les meilleurs, et qu'il s'est pris à rêver. "Ce n'était pas du tout l'objectif au début du Tour, mais bien sûr, le podium, avec la situation actuelle, on se met  y penser. Je me serais contenté volontiers d'une 3e place, mais je vais tout faire malgré tout  pour faire 2e. Tout se jouera au chrono et je ne dois pas me manquer. Bien sûr, il y a la fatigue, mais tous les coureurs sont fatigués".

Chez AG2R on se réjouit du changement de statut de Jean-Christophe Péraud et on n'oublie pas qu'e l'on joue aussi la première place du classement par équipes. "Jean-Christophe est prêt. Il sait ce qu'il doit faire et ce qu'il peut faire, il ne faut pas lui mettre la pression" précise Jurdie. Le timide toulousain en effet n'aime pas la pression et veut évacuer son triste souvenir du Tour 2013. "C'est quelque chose qu'on a évoqué ensemble. Cette chute l'a marqué psychologiquement. Mais le garçon est intelligent et il a tiré les leçons de cet incident." Il sait que chaque seconde comptera et, s'il doit se montrer prudent, Péraud  ne devra pas pour autant perdre trop de temps. Chez AG2R on a reconnu et filmé le parcours pour lui donner tous les atouts. "C'est maintenant à lui de jouer". Péraud pourra aussi compter sur le soutien du public sur le bord de la route et sur celui de tous les Français qui attendent depuis 1997 un des leurs sur la deuxième marche d'un podium du Tour.

Dans la roue des AG2R

Christian Grégoire