Jarlinson Pantano Tour de France
Le Colombien Jarlinson Pantano signe sa première victoire sur le Tour de France. | DAVID STOCKMAN / BELGA MAG / BELGA

Pantano, un Colombien qui attaque

Publié le , modifié le

Le Colombien Jarlinson Pantano a remporté la 15e étape du Tour entre Bourg-en-Bresse et Culoz en devançant sur la ligne le Polonais Rafal Majka. Alexis Vuillermoz complète le podium. Nairo Quintana, compatriote du vainqueur, n'a toujours pas attaqué Chris Froome, Maillot Jaune tranquille.

Cela devait être l'étape reine du Tour, celle qui pouvait faire vaciller Chris Froome. Au final, le Britannique n'aura pas cillé une seule fois, autant abrité par ses coéquipiers que par l'inertie de ses rivaux si on peut encore les appeler ainsi. Mollema ou Yates semblent déjà se satisfaire d'un éventuel podium à Paris. La Colombie espérait certainement encore beaucoup de Nairo Quintana sur ce parcours mais pas une fois le leader de la Movistar ne se sera dressé sur ses pédales. Au moins pour tenter. Il devrait peut-être s'inspirer de son compatriote Jarlinson Pantano, magnifique d'audace dans les lacets du Grand Colombier pour remporter une étape qui, dans l'ensemble, aura tout de même beaucoup déçu. 

Si une attaque au long cours d'un des favoris qui aurait profité des six cols du jours pour attaquer tôt était bien sûr illusoire, d'autres, moins côtés, se posaient moins de questions. Sous l'impulsion d'un Vincenzo Nibali revanchard et d'un Rafal Majka qui voit des pois rouges partout, une échappée se formait à 140 kilomètres de l'arrivée. Se greffait à ce duo une trentaine de coureurs parmi lesquels Voeckler, Vuillermoz, Coppel, Rolland, Sicard ou Alaphilippe. Le petit groupe, avec l'assentiment du peloton, prenait rapidement ses distances, l'écart grimpant rapidement au delà des huit minutes.

Alaphilippe pas verni

Tom Dumoulin, en bon spécialiste de l'effort solitaire, tentait de fausser compagnie à ce beau monde mais le Néerlandais, décidément surprenant, comme Vincenzo Nibali étaient repris dans leur tentative. Les attaques se multipliaient sur les premières pentes du Grand Colombier, classé hors-catégorie, qui faisait ses premières victimes. Pierre Rolland était ainsi rapidement décramponné suite à deux accélérations de Dani Navarro, tout comme Nibali et Dumoulin. Terrible image que celle du vainqueur du Tour 2014, lauréat du Giro cette année, et planté dans le bitume...

Devant, Rafal Majka et Jarlinson Pantano étaient beaucoup plus frais et profitaient de la descente pour se faire la belle. Julian Allaphilippe s'accrochait à leur roue avant qu'un problème mécanique ne le coupe dans son élan ! Dommage pour le jeune Français qui continue son dur apprentissage du Tour mais c'est le métier qui rentre... Le Tricolore ne pourra jamais revenir sur Majka, parti seul dans la seconde ascension du Grand Colombier, cette fois par ses lacets. Le Polonais s'envolait vers un deuxième maillot à pois après celui remporté en 2014, vers la victoire d'étape mais Jarlinson Pantano, au prix d'une descente à tombeau ouvert, revenait dans sa roue à moins de dix kilomètres de l'arrivée.

Bardet, le seul à tenter

Hélas le sens de l'offensive du coureur de la Tinkoff ne faisait pas d'émules au sein du peloton des favoris. Derrière le train mené par les Sky, pas une oreille ne bougeait ou presque. Celles de Romain Bardet parvenaient à s'extirper au prix d'un beau démarrage mais le Français était bien seul à vouloir secouer le cocotier... S'il était vite repris par les hommes du Maillot jaune, au moins son attaque lui avait permis de grignoter une place au général (6e), Tejay Van Garderen craquant sous l'accélération.

Bardet tente de s'échapper

Mais pour le spectacle et le suspense, il fallait s'attarder sur la lutte pour la victoire d'étape. Alors que Vuillermoz et Reichenbach revenaient comme des boulets sur les deux fuyards, Jarlinson Pantano conservait le coup de rein nécessaire pour régler Majka au sprint et signer la première victoire d'un non-Européen sur ce Tour 2016. Nairo Quintana aurait certainement rêvé d'être celui-là...

La victoire de Pantano

Julien Lamotte